Arcachon : une dizaine de policiers supplémentaires d'ici septembre

En déplacement à Montpellier sur le thème de la sécurité, Emmanuel Macron a annoncé lundi 19 avril le déploiement de 10.000 policiers supplémentaires dans le pays. En Gironde, 70 agents seront affectés dans la métropole de Bordeaux, ainsi qu'une dizaine sur la circonscription d'Arcachon.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © France 3 Aquitaine

Davantage de policiers en France : c'est la principale annonce à retenir du déplacement d'Emmanuel Macron dans les quartiers sensibles de Montpellier, lundi 19 avril.

Le ministère de l'Intérieur, chargé de la répartition des 10.000 policiers nationaux supplémentaires sur le territoire, a tranché : environ 70 d'entre eux seront missionnés à Bordeaux et aux alentours, tandis qu'une dizaine entreront en poste sur les communes d'Arcachon et de La Teste-de-Buch.

Une bonne nouvelle pour les syndicats de police, qui considèrent avoir enfin été entendus, après avoir dénoncé un manque d'effectifs. Cette situation, constatée depuis plusieurs années, avait d'ailleurs fait l'objet d'un courrier adressé à Sophie Panonacle, députée LREM de la 8e circonscription de Gironde.

"Cela fait quelques années qu'on a identifié un sous-dimensionnement des policiers dans cette zone, signale Philippe Dosba, secrétaire régional adjoint d'Alliance Police Nationale. Les effectifs locaux sont vieillissants, et il y aura un turnover avec des départs à la retraite dans les années qui viennent."

Changement durable ou effet d'annonce ?

De quoi faire douter ce représentant syndical des effets de la mesure sur le long terme. "Il y a une volonté de mettre à l'instant T des effectifs, c'est bien, et on salue l'initiative. Maintenant, on se demande si dans le temps, ce sera vraiment un apport supplémentaire", poursuit Philippe Dosba.

"Je préfère rester prudent, car M. Darmanin annonce des renforts partout, mais il ne peut pas contenter tout le monde, se méfie Philippe Rolland, secrétaire régional d'Unité SGP Police FO. Si on a cinq ou six nouveaux, ce sera déjà bien. C'est quand même une bonne nouvelle, on n'avait pas eu un tel renfort depuis 2010 !"

Ces effectifs pourraient ainsi permettre la reformation de la brigade anti-criminalité, mise en sommeil par manque de personnel. Du même coup, certains agents affectés au roulement de police-secours pourraient reprendre les patrouilles dans d'autres services, notamment pour lutter contre les points de deal, l'une des priorités du ministère de l'Intérieur.

"Sur Arcachon, c'est un peu plus calme, la situation est moins délicate qu'à Bordeaux par exemple, concède Philippe Rolland. Mais il y a de la délinquance comme partout."

Des effectifs divisés entre Arcachon et La Teste-de-Buch

En poste dans la sous-préfecture, Christophe apprécie ces futures arrivées : "C'est une zone assez vaste, et on fait de tout : accidents de la route, feux, bagarres, tapages à base d'alcool ou de stupéfiants… Au bout d'un moment, ça tire sur la corde. On est satisfait d'avoir été entendu et soutenu dans notre démarche. Plus on est présent sur le terrain, mieux c'est !"

Carte : une dizaine de policiers supplémentaires entreront en fonction à Arcachon et La Teste-de-Buch d'ici septembre

Même son de cloche chez Michel, un confrère de la commune : "La semaine dernière, on a eu un trafic de stups. Il y a aussi des agressions sexuelles, des cambriolages… On est une petite structure et quand il y a de grosses affaires, ça peut être compliqué à gérer. On n'a pas vraiment de répit."

La répartition entre Arcachon et La Teste-de-Buch n'est pas encore actée, mais elle se fera "en fonction des centres de vie", précise Yves Foulon, maire (LR) d'Arcachon, qui se félicite d'avoir tenu sa promesse : "Dans le projet municipal que j'ai présenté en mars 2020 à l'occasion des élections, il y avait un volet sécurité. J'avais demandé un renforcement du nombre de policiers nationaux. Nous avons pris en compte la volonté de faire de l'ilotage, c’est-à-dire d'avoir une présence policière permanente dans certains lieux. Il y aura aussi un centre de surveillance urbain, avec la multiplication de caméras dans les rues de la ville."

Le tout en complément des renforts saisonniers, mis en place à partir de mai et pour toute la période estivale, lorsque la population des deux communes passe de 40.000 à plus de 150 000. Les mutations devraient être officialisées avant l'été, pour des prises de poste début septembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société police emmanuel macron politique gérald darmanin