Après les masques, les Lionnes du Bassin veulent réaliser des jeans "pour toutes les morphologies"

Publié le Mis à jour le
Écrit par MK avec Hélène Chauwin

Pendant le confinement, les couturières du Bassin ont réalisé un million de masques. Aujourd'hui, elles rêvent de lancer leur propre marque de prêt-à-porter.

C'est une belle aventure née pendant le confinement. Les lionnes du Bassin, ce sont des femmes, couturières, qui dès le printemps se sont organisées et pour produire un maximum de masques réutilisables.
Tout est parti de l'appel de Libero Mazzone, chef d'entreprise qui cherchait à recruter des couturières professionnelles pour travailler dans son usine éphémère. Celle-ci prend place dans le parc des Expositions de la Teste-de Buch, et emploie jusqu'à 250 couturières professionnelles et volontaires, payées au SMIC. 

L'entreprise qui travaille en partenariat avec Bordeaux métropole et la Communauté d'agglomération du bassin d'Arcachon, selon Libero Mazzone, a assuré la production d'un million de masques en 50 jours. 

Masques customisés

Cinq mois après, les Lionnes, comme elles se sont surnommées n'ont pas toutes rangé les machines. Le port du masque est devenu obligatoire en lieux clos, et la demande reste forte. Six d'entre elles ont décidé de poursuivre la production de masques, qu'elles customisent à la main. "On nous demande énormément de masques personnalisés, les gens en ont marre de porter des masques blancs ordinaires", sourit Delphine. 

Désormais l'activité se prolonge dans la métropole bordelaise, où elles ont ouvert un commerce éphémère. Une fois encore, Libero Mazzone n'est pas loin. C'est lui a cédé aux couturières les stocks de masques restants : pas moins de 200 000, proposés à la vente dans leur boutique temporaire de Mérignac soleil.


Voir le reportage de France 3 Aquitaine
Après les masques, les Lionnes du Bassin veulent réaliser des jeans
 

"Habiller toutes les morphologies"

En les achetant, la clientèle soutient le grand projet des couturières :  les Lionnes du Bassin veulent lancer leur ligne de jeans. "Nous souhaitons faire du Made in France avec le savoir-faire des couturières françaises et du tissu français, explique Chrystelle, elle aussi embarquée dans l'aventure. On va tenter avec ce jean d'habiller toutes les femmes, et toutes les morphologies".

"Avant même que la boutique soit ouverte, les clients voulaient vraiment faire partie de notre aventure en nous achetant des masques, se souvient Eliane. Ils les achetaient directement pendant les cartons pendant que nous étions en train de mettre en place la boutique. Ca a été une expérience très forte, et on s'est senties vraiment soutenues."

Les couturières espèrent pouvoir lancer leur marque de jean dès le début de l'année 2021.