Confinement au Cap-Ferret : on n'a jamais vu autant de monde depuis le confinement général

Il n'y a personne au Cap-Ferret à se balader. En revanche, les résidences secondaires accueillent les urbains, propriétaires ou locataires qui ont fui la ville. / © Elise Galand
Il n'y a personne au Cap-Ferret à se balader. En revanche, les résidences secondaires accueillent les urbains, propriétaires ou locataires qui ont fui la ville. / © Elise Galand

Au Cap-Ferret, en Gironde, la cité balnéaire n'a jamais vu autant de personnes en cette période. Des citadins qui ont loué ou sont venus dans leur résidence secondaire pour vivre cette période de confinement au grand air et s'éloigner du coronavirus. 

Par Elise Galand et Christine Le Hesran

C'est totalement paradoxal. Des scènes étranges dans les rues de la presqu'île du Cap-Ferret. A cette période, il n'y a pas un chat. Aujourd'hui, personne ou presque non plus... Mais ça c'est dehors. Car en fait, le Cap-Ferret est devenu une zone de repli pour des citadins qui ont fui les conditions de vie avec la peur du virus, le rush dans les magasins et le confinement dans des surfaces réduites, sans jardin ou grand air. 

Il n'y a jamais eu autant de monde en cette saison.
Une habitante à l'année

Rush sur les locations pour un mois

Les propriétaires de résidence secondaire sont arrivés dès le week-dernier, dans la journée de lundi aussi. Des Parisiens, des Lillois, des Lyonnais entre autre...
Et surtout, il y a eu un grand rush sur les locations. " J'ai eu une énorme demande de locations ces derniers jours. Une trentaine de demandes à cette saison, je n'ai jamais vu ça. Et je n'ai pu répondre qu'à une poignée car les propriétaires qui louent habituellement sont venus occuper leur logement. " Sandra Cazaubon, agent immobilier sur la presqu'île en est encore toute étonnée. "Et surtout, ils ont loué pour un mois... " Sandra Cazaubon a bien entendu les motivations de ces nouveaux arrivants. " Ils viennent pour être confinés en famille, pas pour se promener. "
La célèbre jetée du Cap-Ferret est vide. / © Elise Galand
La célèbre jetée du Cap-Ferret est vide. / © Elise Galand


Le nouveau maire du Cap-Ferret, élu dimanche 15 mars, n'est pas complètement de cet avis. À l'accueil de la mairie, il y a des appels du style : " Est-ce qu'on peut aller au banc d'Arguin pour se promener ou faire du surf ? " Alors, il faut rappeler quelques règles. 

On est heureux d'accueillir tout le monde.
Philippe De Gonneville - maire du Cap-Ferret

Contrôles sur les routes et les plages

Il n'en reste pas moins qu'il demande aux habitants nouveaux ou pas de ne pas circuler à vélo en groupe, de ne pas sortir sur la plage en groupe, ne pas s'y rendre en voiture. Il prévoit des contrôles routiers et sur la plage, réalisés par la police municipale du Cap-Ferret.

" J'ai l'impression qu'il y a 30 % des résidences secondaires qui sont ouvertes. On ne peut pas exactement savoir mais on le verra dans un mois en fonction de la consommation d'eau relevée. " Pour faire face à cet afflux inhabituel, il a demandé le renfort des forces de l'ordre à la préfecture. Les services de l'Etat lui ont dit peut-être, mais alors des retraités ou réservistes.  

Le marché municipal ouvert les mercredis et samedis

Qui dit plus de monde sur la presqu'île dit plus de monde à nourrir et c'est bien la première préoccupation si l'on en croit le rush dans les commerces. Ce poissonnier du Cap a eu beaucoup de monde dès samedi. Surprenant pour lui en cette période là aussi. C'était un peu le cafouillage parmi les clients. " Les gens se sont disciplinés eux-mêmes le dimanche... " Les livraisons de commandes de ce poissonnier ont doublé et les clients sont des habitants à l'année et les nouveaux arrivés. 

Ce mercredi, c'est jour de marché au Cap-Ferret. Il y aura des restrictions pour essayer de tenir au mieux les préconisations sanitaires. Un test et si la discipline est de rigueur, ça continuera. La mairie a donc prévu de faire entrer 20 personnes, pas plus, en même temps sous les halles couvertes. Et une seule personne par famille.

"Ce matin, les consignes de sécurité ont été respectées", selon notre journaliste sur place Elise Galand. "Le boulanger des halles avait déjà vendu du pain à 140 clients ( 110 en temps normal). Pour l'instant, il n' y a pas de rationnement de pain ici".

Une maraichère propose à ses clients de passer commande par téléphone et les livre en extérieur à leur véhicule. D'autres commerçants ont décidé de communiquer leur numéro de téléphone également pour assurer les livraisons à domicile pour limiter les interactions entre clients. C'est le cas du boucher et du charcutier du marché couvert. Le marché sera ouvert samedi.

Pour les personnes âgées de 70 ans et plus, la grande surface Super U à l'entrée de la presqu'île, prévoit des horaires aménagés. De 7 H 30 à 8 H 30 jeudi et mardi pour limiter là aussi la mise en contact avec le reste de la population. 

" Un tag odieux "

Le tag inscrit sur une clôture à l'entrée de la presqu'île sur la route de Bordeaux. / © Elise Galand
Le tag inscrit sur une clôture à l'entrée de la presqu'île sur la route de Bordeaux. / © Elise Galand

Au Cap-Ferret, ça s'organise comme partout et encore plus avec cet afflux d'arrivants qui n'était pas prévu. Mais la mairie rappelle la tradition d'accueil sur la presqu'île, pour faire mentir un tag apparu  il y a quelques heures sur une clôture, sur la route de Bordeaux. " Parigo home virus ?".
"C'est odieux, se lamente le maire Philippe de Gonneville. J'ai demandé à la police d'identifier l'auteur de cette inscription infâmante au plus vite. "

Le poissonnier est du même avis. " C'est minable, ça ne reflète pas du tout l'état d'esprit des gens ici" Le confinement devient alors le révélateur de comportements. 



 

Sur le même sujet

Les + Lus