Coronavirus : le centre hospitalier d'Arcachon se réorganise pour gérer la crise

Urgences repensées pour l'accueil des cas suspects de COVID-19, cellule de crise quotidienne ou mutualisation de services avec le privé  : le centre hospitalier d'Arcachonen Gironde  se dit prêt à gérer le pic de l'épidémie.
Mais l'inquiétude du personnel au sujet du virus est palpable.

Les urgences du centre hospitalier d'Arcachon
Les urgences du centre hospitalier d'Arcachon © ch-arcachon
En moyenne chaque jour, cinq cas suspects de Covid-19 sont pris en charge par les urgences du Centre hospitalier d'Arcachon.

Des urgences repensées pour limiter tout risque de contamination explique Julien Rossignol, le directeur de l'hôpital :

Un sas avec interphone permet d'établir un pré-diagnostic du patient sans rentrer dans le bâtiment. Si on pense à  une suspicion de Covid-19, le patient est alors orienté dans une zone sécurisée. 

Les tests sont réalisés sur place mais ils sont traités à Bordeaux.
Dans l'attente des résultats, et en fonction de son état de santé, le patient peut être accueilli provisoirement dans une unité spécialement aménagée pour gérer la crise.
Trente-hui lits sont disponibles grâce une mutualisation de service avec la clinique privée qui compose le pôle santé d'Arcachon.

Ce mardi 25 mars, nous avons une trentaine de résultats en attente. Depuis le début de la crise, une quinzaine de cas posititfs ont été envoyés vers le CHU de Bordeaux.
Julien Rossignol
 

Les urgences bénéficient aussi de l'aide d'un centre de consultation pour les personnes présentant des symptômes de Covid-19.
Créé par une vingtaine de médecins de la commune de la Teste-de-Buch, il permet d'établir une prise en charge en amont des urgences.

Si la pandémie s'accélère, et que le nombre de tests à effectuer augmente, le centre hospitalier vient d'acheter un automate qui permettra de réaliser les analyses sur place et augmenter la cadence.
Et les stocks de masques ont été gérés au mieux affirme la direction, grâce aux dotations et au réseau habituel de fournisseurs.

 
Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d'Arcachon
Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d'Arcachon © ch-arcachon
 

Un afflux de résidents sur le Bassin pour le confinement


Le Bassin d'Arcachon a vu débarquer dès le début du confinement un grand nombre de personnes parties notamment de la région parisienne. Elles sont venues se "mettre au vert" dans leur résidence secondaire ou dans leur famille.
Autant de patients potentiels pour le centre hospitalier d'Arcachon :

Nous sommes habitués à gérer des pics d'activités saisonniers, pour les vacances ou les week-end. Nous ne sommes pas inquiets.

Chaque jour, une cellule de crise avec les différents services du pôle de santé d'Arcachon se réunit pour faire le point des besoins.
Le centre hospitalier d'Arcachon est également susceptible de renforcer le Centre hospitalier universitaire de Bordeaux en cas d'un afflux de patients malades. 

Sur demande, il peut ainsi activer des unités de réanimation avec sept respirateurs. C'est inhabituel pour la structure arcachonnaise qui ne dispose pas de lit de réanimation en temps normal, mais de surveillance continue (un niveau technique en dessous).
   

"Mon inquiétude, c'est celle de mon personnel"

Le centre hospitalier d'Arcachon compte quelque 700 professionnels de santé (dont 70 médecins) auxquels s'ajouent 200 personnels à la clinique privée voisine.
Au fil des jours et de l'aggravation de la pandémie, de plus en plus de questionnement voire d'inquiétude s'exprime dans les équipes.

Nous faisons régulièrement des réunions pour rassurer nos personnels. Il se posent forcement beaucoup de questions, d'autant qu'ils voient, comme tout le monde dans les média, différentes doctrines s'affronter sur la prise en chage du virus, sur ses dangers... Aujourd'hui mon inquitétude, c'est celle de mon personnel, confie Julien Rossignol.

L'hôpital a d'ailleurs publié le 21 mars, sur son compte Facebook, la vidéo de l'une des réunions d'information au personnel de santé.
On y voit l'un des médecins du centre hospitalier, le docteur Amaury Barret, expliquer la situation de la pandémie en Nouvelle Aquitaine et à l’hôpital d’Arcachon.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société