• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Pour préserver la biodiversité du Bassin d'Arcachon, moins de corps-morts autorisés au large de Lège-Cap-Ferret

Aujourd'hui, 3 350 corps-mort, dont les flotteurs dépassent du ras de l'eau, sont installés sur le territoire marin de la commune de Lège-Cap-Ferret. / © France 3 Aquitaine
Aujourd'hui, 3 350 corps-mort, dont les flotteurs dépassent du ras de l'eau, sont installés sur le territoire marin de la commune de Lège-Cap-Ferret. / © France 3 Aquitaine

Les eaux du Bassin d'Arcachon sont envahies de dispositifs de mouillages appelés "corps-morts". Des structures susceptibles d'abîmer la flore sous-marine, dans une zone pourtant très protégée. Le nombre de ces corps-morts autorisés va donc être progressivement revu à la baisse.

Par Alice Robinet

D'ici quelques années, la municipalité de Lège-Cap-Ferret entend réduire le nombre de corps-morts au large de la commune, de 3350 actuellement à 2800 en 2026.

En plus de leur emprise au sol, ces dispositifs de mouillages sont équipés d'une chaîne mobile qui peut-être destructrice pour la flore sous-marine, comme le relève un rapport qui évalue l'incidence de l'occupation du domaine maritime sur cette zone classée Natura 2000. 
 
Les corps-morts causent des dommages sous-marins à cause de leur chaîne mais également de leur emprise au sol. / © Source Siba cité par Rapport Natura 2000
Les corps-morts causent des dommages sous-marins à cause de leur chaîne mais également de leur emprise au sol. / © Source Siba cité par Rapport Natura 2000

Les classements du Bassin d'Arcachon en zone Natura 2000 puis en Parc Naturel marin en 2014 impliquent des mesures de protection de cet environnement.

Sollicités par les Services de l'Etat, la commune de Lège-Cap-Ferret, chargée de la gestion des zones de mouillage depuis 2004, doit donc œuvrer pour faire baisser le nombre de corps-morts au large. 
 

550 corps-morts supprimés d'ici 2026 


"Il nous a paru raisonnable de réduire le nombre de corps-morts d'une centaine cette année, et entre cinquante et cent les années futures, ce qui aura un impact limité sur les usagers et permettra de répondre en même temps à la réglementation et d'autre-part à l'impact environnemental, qui est notre souci majeur", souligne Philippe de Gonneville, 1er adjoint à la mairie de Lège Cap-Ferret. 

Aujourd'hui, la règlementation autorise le mouillage durant la grande saison de mars à octobre pour les résidents,  et du 15 juin au 15 septembre pour les touristes. 

Pour sa part, la COBARC, commission paritaire du Bassin d'Arcachon qui rassemble 8 500 adhérents estime que le nombre actuel de corps-morts est adéquat.

"Le stationnement des bateaux aux corps-morts se faisait autrefois de façon un peu foraine, brouillonne. Aujourd'hui, c'est parfaitement bien organisé, y compris sur la commune de Lège-Cap-Ferret, qui répond d'ailleurs à une demande de la part de ses résidents", réagit le président de la Cobarc Joël Confoulan. 
 
Sous les flotteurs, des chaines reliés à un lest. Ces chaînes peuvent être destructrices pour les fonds marins, notamment les herbiers d'algues. / © France 3 Aquitaine
Sous les flotteurs, des chaines reliés à un lest. Ces chaînes peuvent être destructrices pour les fonds marins, notamment les herbiers d'algues. / © France 3 Aquitaine

 

Expérimentation de dispositifs moins destructeurs


Outre la suppression de 550 corps-morts d'ici 2016, la commune de Lège-Cap-Ferret, en partenariat avec une société Gujanaise et le Parc Marin, vont expérimenter des  flotteurs aux câbles coulissants.

"On va proposer des corps-morts innovants qui vont diminuer l'impact environnemental et aussi diminuer le rayon d'évitage, c'est-à-dire la superficie dévolue au corps-morts sur le Bassin d'Arcachon et sur la Côte de Lège-Cap-Ferret" souligne l'élu Philippe de Gonneville. 
 

→ Reportage de Jean-Claude Lacoste et Nicolas Pressigout  : 
Pour préserver l'environnement sous-marin, moins de corps morts au large de Lege Cap Ferret
Intervenants : Philippe de Gonneville , 1er adjoint mairie de Lège Cap-Ferret, Joël Confoulan , Président de la COBARC Equipe : LACOSTE Jean-Claude, PRESSIGOUT Nicolas, BERGE Corinne

Le Bassin d'Arcachon, un secteur sensible pour les Puffins des Baléares, en danger critique d'extinction

Selon le rapport qui évalue l'incidence de l'occupation du domaine maritime sur cette zone classée Natura 2000, le site protégé "représente une zone de reproduction, d'alimentation et d'abri pour l'avifaune marine."

"La présence sur le bassin d’Arcachon de la plus grande surface d'Europe d'herbiers à zostères, une biodiversité importante de mollusques et de crustacés, la présence de dunes hydrauliques sous-marines et de bancs découverts, de zones de frayères et de nurseries de poissons, offrent des zones d'alimentations importantes pour les oiseaux d'eau et marins"  relèvent aussi les rédacteurs de ce document. 

"La lagune abrite une importante communauté d'oiseaux d'eau d'origine européenne (100 000 oiseaux d'eau) pendant l'hiver, dont les Sternes Caugek. Le Banc d'Arguin est classé dans la catégorie des secteurs sensibles pour le développement et la croissance de cette espèce pendant la saison estivale, ainsi que pour les puffins des Baléares, espèce classée par l'UICN en danger critique d'extinction."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le nouveau revers du village des marques à Coutras

Les + Lus