Bordeaux relativement épargnée par la pollution aux particules fines et à ses effets sur la santé

Même sur le court terme, la pollution aux particules fines PM10 peut tuer ! L'Institut de veille sanitaire vient de publier une enquête menée dans 17 villes, dont Bordeaux. Et la capitale d'Aquitaine est relativement épargnée par la pollution urbaine et ses conséquences.


L'InVs a sorti son article dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire de cette semaine.

Les conclusions  confirment les effets  à court terme des particules fines PM10 sur la mortalité, même quand leur concentration annuelle est conforme aux normes européennes et donc inférieure à 40µg par m³.  Mais à Bordeaux, la moyenne annuelle  de la concentration en particules fines tourne autour de 20µg par m³. 



Selon l'Airaq,  en décembre 2013, cette pollution est d'abord due à l'agriculture et aux moyens de chauffage en Aquitaine :