Bordeaux : une femme gravement blessée par balle par un policier, le parquet national antiterroriste a été avisé

Les faits se sont produits en début de soirée ce lundi 10 mai. Une femme faisait une crise de démence. Les policiers sont intervenus sur place. L'un d'eux a été contraint de faire usage de son arme. Le parquet national antiterroriste a été avisé du dossier.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place autour de l'impasse Laurendon à Bordeaux.
Un important dispositif de sécurité a été mis en place autour de l'impasse Laurendon à Bordeaux. © Elsa Arnould

En début de soirée lundi 10 mai, "une femme a fait une crise de démence, et portait plusieurs coups de couteaux", explique Frédérique Porterie. "Les policiers sont alors intervenus sur place, impasse Laurendon à Bordeaux. Ils sont trois à se rendre dans l'appartement", précise Sylvain Charenat, délégué départemental du syndicat Alliance Police Nationale. 

Un coup de couteau dans la cuisse

C'est le mari de la jeune femme qui a contacté les pompiers pour intervention à leur domicile. D'après nos informations, Elodie, 33 ans, était en pleine crise de bipolarité, elle n’avait pas pris ses médicaments depuis trois jours. Elle souffrait de troubles psychiatriques. Elle avait hospitalisée à l'hôpital spécialisé de Cadillac. Ses parents sont aujourd'hui à son chevet. "Elle s'est énervée. Elle criait, elle essayait de me taper. J'ai essayé de la retenir ", raconte l'époux de la trentenaire. J'ai ensuite vu des policiers de la Bac arriver, je les ai vu sortir un taser." Lorsque les policiers pénètrent dans l'appartement, l'un d'entre eux est agressé au couteau par Elodie. Il est blessé à la jambe.

Voir le reportage de France 3 Aquitaine

Bordeaux : une femme gravement blessée par balles après avoir agressé un policier

Les faits se sont produits chez le couple, Impasse Laurendon, dans le secteur de la rue de Pessac. Un quartier résidentiel de Bordeaux. 

 

Une enquête administrative demandée à l'IGPN

« La femme s’était retranchée dans la salle de bain », explique le syndicat. « Un policier lui a demandé de lâcher son couteau, puis a fait usage de son flash-ball. La femme s’est approchée et a assené un coup de couteau à l’un des policiers au niveau de la jambe. Un autre policier a alors fait usage de son arme. Il a tiré une fois avec son pistolet automatique. Le pronostic vital de la femme est engagé ». Une version des faits confirmée par le parquet.

Celle-ci a été évacuée dans un état grave à l’hôpital Pellegrin. Selon le parquet, la balle l'aurait touchée à la tête. Le policier, âgé de 27 ans, aurait été évacué à l’hôpital Saint-André. La blessure du policier serait sans gravité selon les pompiers, ce que ne confirme pas le syndicat Alliance.

Le parquet anti terroriste avisé

« J’ai saisi la police judiciaire pour les violences sur personne dépositaire de l’autorité publique », annonce Frédérique Porterie, procureur de la République de Bordeaux. "J’ai également saisi l’IGPN concernant l’usage de son arme par un policier. Enfin, j’ai avisé le PNAT, le parquet national antiterroriste car au moment des faits, la femme a notamment crié "Allah akbar"". Le parquet précise qu'il reste saisi du dossier. 

Une enquête a été confiée à la police judiciaire .Un important dispositif de sécurité était toujours en place sur les lieux du drame lundi soir. Les enquêteurs de la police judiciaire procèdaient aux premières constatations. Ils auditionnaient également des témoins. 
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité