"Confinés mais pas vaincus" : une jeune entreprise de la restauration à Bordeaux fait face à la crise

La toute jeune équipe s'est lancée dans un projet qui lui tient à coeur. Ouvrir un bar à tapas vegan car la clientèle à Bordeaux est bien présente. Mais la crise sanitaire du Covid-19 qui devient rapidement sociale bouscule tout. L'enthousiasme est toujours là mais l'incertitude de l'avenir aussi. 

La toute jeune équipe du bar tapas Raisins de plus a démarré l'aventure en mars dernier par un confinement. Elle  ne perd par le sourire et s'adapte comme ici en proposant un comptoir pour la vente à emporter.
La toute jeune équipe du bar tapas Raisins de plus a démarré l'aventure en mars dernier par un confinement. Elle ne perd par le sourire et s'adapte comme ici en proposant un comptoir pour la vente à emporter. © raisins de plus
" Confinés mais pas vaincus ", ils affichent la couleur sur leur site. Ils y croient toujours. Ils sont jeunes, enthousiastes et débrouillards. Les trois copains de l'université n'ont pas eu de chance. Ils ont signé chez le notaire pour lancer leur affaire la veille du premier confinement en mars.
Des mois qu'ils préparaient ce projet d'un bar tapas vegan dans le quartier Saint-Michel de Bordeaux. De jeunes entrepreneurs qui avaient des idées déjà bien arrêtées après le master entrepreunariat à l'université de Bordeaux. 

Pas d'autre choix que de s'adapter pour maintenir le lien

Premier confinement sans trop de stress : ils en ont profité pour bricoler, paufiner leur offre axée sur les produits vegans. Très tendance à Bordeaux, une clientèle convaincue, un terreau pour ce genre d'initiative. " Il y a une mentalité différente au niveau de la nourrirutre, du mieux manger, mieux consommer." confie Guillaume Pesnel pour expliquer leur choix. 
Tout pour lancer une belle affaire. Le bar tapas ouvre enfin dès le déconfinement en juin et fait carton plein. L'équipe est soulagée et motivée. Alors arrive ce deuxième confinement où toute activité de bar et restauration s'arrête. Là, c'est plus dur...
"On essaie la vente à emporter, on essaie aussi de faire des partenariats avec d'autres acteurs qui gravitent comme nous dans la restauration et le milieu vegan" Guillaume Pesnel, l'un des créateurs, garde le sourire. Ils font aussi des livraisons à domicile.

Tout ça, c'est pour garder du lien avec les clients parce que ça ne paye pas les factures. On en profite pour bricoler et penser à la suite. 

Guillaume Pesnel - bar tapas "Raisins de plus" à Bordeaux -

Pour l'heure, ils sont en manque d'infos sur les aides. Et pourtant "On attend beaucoup de ça. Sans aide et si on a des restrictions finalement au 15 janvier ou si on est fermé jusqu'au 15 janvier, ça risque d'être très compliqué pour nous."

La chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux-Gironde constate que les jeunes entreprises comme celle-ci ne font pas forcément toutes les démarches et passent un peu sous les radars. En général, elles ont moins de charges au démarrage. Il n'y a pas d'étude particulière qui trace ces jeunes poussent. Elles font le dos rond. 

La débrouille pour tenir jusqu'au printemps

Il faut passer ce mauvais cap coûte que coûte. Les trois associés tiennent à leur entreprise. "Personne se paye, on n'a pas un gros loyer mais à un moment il va falloir qu'on commence à rembourser l'emprunt. On a pris un PGE (Plan garanti par l'Etat). On n'y a pas trop touché pour l'instant. C'est un peu moins de 15 000 euros par rapport à l'échelle de notre projet, c'est assez gros." 
Alors la jeune équipe discute avec le propriétaire pour reporter les loyers, mais il reste les charges pour l'électricité et le Wifi...
 

On a un petit boulot à côté ou les parents qui aident. On n'a pas le droit au chômage par qu'on sort juste des études.

Guillaume Pesnel - "Raisins de plus"

Ils ont fini les cours à l'université il y a tout juste un an, en Master entrepreunariat. Ils ont été épaulés par l'université et l'incubateur étudiant au sein de l'institution. Ils étaient loin d'imaginer la suite. Mais se préparent déjà pour la réouverture un jour, on vous l'a dit, ils y croient !



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19