Dans le Sud-Ouest, les spectacles de fauconnerie des fêtes médiévales interpellent

Interdits en France fin 2028, les spectacles de rapaces sont au programme de nombreuses fêtes médiévales cet été. L'association PAZ, qui défend les intérêts des animaux, presse les organisateurs à ne plus présenter de fauconnerie dès l'année prochaine. À Lesparre (Gironde), on s'est engagé à remplacer ces numéros.

Faut-il continuer à montrer des animaux sauvages en public, à des fins de divertissement ? Une loi votée en 2021 vise à interdire la pratique : au 1er décembre 2023, il ne sera plus possible, en France, de créer des spectacles autour de loups et d'ours et en 2028 à la même date, de présenter les mêmes spectacles avec des rapaces et perroquets.

Pour l'association Paris animaux zoopolis (PAZ), engagée pour le bien-être animal, l'échéance paraît trop longue : elle contacte des mairies qui organisent des spectacles de fauconnerie, notamment lors de fêtes médiévales qui rythment la saison estivale, afin de leur demander de ne plus programmer ce genre de spectacle.

Une démarche de sensibilisation

"Nous sommes dans une démarche de sensibilisation. (...) Nous ne souhaitons pas que les dresseurs attendent passivement l'interdiction en 2028," explique Amandine Sanvisens, cofondatrice de l'association. Elle souligne que ces spectacles génèrent un stress chez ces animaux par leur transport et le bruit d'un public nombreux, et subissent un dressage qui passe souvent par la privation de nourriture.

Par courrier, PAZ a ainsi fait cette demande à Issigeac (Dordogne) : ce village du Périgord célèbre ce samedi 19 août son patrimoine moyenâgeux par une journée médiévale et de nombreuses animations, notamment de la fauconnerie.

"Nous sommes dans notre bon droit, pour le moment, car la loi nous autorise encore à présenter ces numéros, rappelle Serge Reynes, responsable de l'association Les Ménestrels et par ailleurs expert en art précolombien. Au Moyen Âge, il existait une tradition de la fauconnerie et je pourrais parler des heures des civilisations qui vivaient en harmonie avec les animaux."

Les rapaces que nous présentons sont nés en captivité et ne correspondent pas à la description donnée par l'association [PAZ]. Les dresseurs qui travaillent avec nous sont des amoureux des rapaces. Ils vivent un amour, une symbiose avec ces animaux. Je pense que le combat ne se joue pas au niveau des fêtes médiévales. (...) Je veux rassurer l'association, nous sommes ouverts à un débat ouvert et constructif.

Serge Reynes

Responsable de l'association Les Ménestrels

À Lesparre, pas de fauconnerie en 2024

Cette question de société semble avoir fait mouche du côté du Médoc. L'association Les Troubadours de la tour, qui orchestre les Médiévales de Lesparre (Gironde) ce même week-end, se concerte pour mettre un terme aux démonstrations de fauconnerie.

"Ce sera interdit en 2028, mais on anticipe : il n'y aura pas de spectacle de rapaces à la prochaine édition. On travaillait pourtant avec une compagnie qui faisait partie des "bons" en France, assure Dominique Daguerre, son vice-président. Pour remplacer, nous sommes en réflexion : on peut imaginer un spectacle de clowns du Moyen Âge, des jongleurs, pour rester dans le thème."

On est là pour faire un spectacle, pas pour se prendre des tomates, ça n'a aucun intérêt. Nous, on organise ça avant tout pour s'amuser.

Dominique Daguerre

vice-président des Troubadours de la tour

L'association PAZ avait contacté Les Troubadours de la tour, et se réjouit de cette "avancée". "C'est bien de voir que notre demande est prise en considération. (...) Lorsqu'on a des réponses, c'est souvent de la part de gens énervés par notre démarche. Nous n'avons rien de personnel à l'encontre des organisateurs ou de dresseurs, nous souhaitons que cesse au plus vite la captivité, le dressage et le transport de ces animaux sauvages."

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité