"Il faut commencer avec le radis, on n'est jamais déçu !" Dans ces ateliers gratuits, on apprend à faire son potager en ville

Dans le cadre de sa politique de résilience alimentaire "Bordeaux recettes d’avenir", la ville de Bordeaux met en place les Académies du jardinier : des ateliers gratuits, à destination des petits et grands, pour se former au potaginage.

Vous vivez dans un studio, votre balcon est trop petit, vous n'avez jamais eu la main verte... Bref, autant de (fausses) excuses pour ne pas vous lancer dans un potager. Car des solutions existent, et elles sont proposées par les Académies du potager. Celles-ci proposent aux habitants des huit quartiers de la métropole bordelaise une multitude d’astuces pour réussir son potager.

Techniques de semis, plantation, besoin d'eau...  D’avril à octobre 2023, 16 ateliers participatifs, animés par l’association le Bocal local, déclineront par saison les bonnes pratiques et les bons gestes pour devenir un jardinier en herbe. L'objectif : être capable de pouvoir produire seul ses propres fruits et légumes, peu importe la surface, sur terrasse, balcon, bord de fenêtre ou jardin.

De la fourche à la fourchette

"Il faut commencer avec le radis, on n'est jamais déçu". Ces séances de formation, les mains dans la terre, ont vocation à sensibiliser et accompagner les Bordelaises et les Bordelais aux bases du podaginage, afin qu'ils puissent produire leurs propres fruits et légumes. Un temps d'échange et de transmission d'un savoir-faire ancestrale. 

"On voit depuis quelque temps une volonté chez certain de revenir à la terre, à la nature", témoigne Cécile, encadrante technique au bocal local. Une occasion d'accompagner ces amateurs ou passionnés dans la réalisation de leurs projets.
Certains cherchent dans ces ateliers de la mise en pratique : "je connaissais déjà la théorie, j'avais envie d'être entourée et accompagnée pour passer le cap". Pour d'autres, c'est simplement une occasion d'en apprendre plus pour le partager ensuite : "on a un petit terrain au centre social où je travaille, donc ça serait l'occasion de se mettre à l'utiliser, notamment avec les enfants", partage une participante.

Prendre le temps et créer du lien

Dans un monde où tout va très vite, où le commerce en ligne se multiplie, ces ateliers sont également un moyen pour chacun de réapprendre la valeur de ce qu'on mange. "Quand on produit soit-même, on voit toute la difficulté et le temps qu'il faut pour faire pousser un radis ou une tomate" , confie Eve Demange, conseillère municipale à la résilience alimentaire.

"C'est une occasion pour chacun de sortir de chez soi et pouvoir créer du lien, à la fois entre différents habitants d'un quartier, mais aussi avec la nature autour de nous"

Celine Zorzano, encadrante technique au bocal local

rédaction web de France 3 Aquitaine

Les ateliers sont pensés en lien avec la Maison du jardinier et de la nature en ville, un lieu d'éducation et de sensibilisation à l'environnement. Une opportunité pour les habitants des quartiers bordelais de découvrir à chaque atelier un nouveau lieu et de nouvelles personnes.

"J'avais envie aussi de rencontrer des gens et de découvrir à chaque fois un lieu différent, je trouve ça génial !"

Une participante à l'atelier

rédaction web France 3 Aquitaine

Nombreux sont ceux qui regrettent le manque d'espace vert dans les villes. À Bordeaux, l'architecture du centre-ville ne se prête pas réellement au potager. Avec cette initiative, la ville de Bordeaux essaye de rendre davantage accessible le vert. Ainsi, le Bocal local met en lumière la culture potagère urbaine pour le plus grand bonheur des participants, qui ont déjà prévu de revenir. 

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité