Municipales à Bordeaux : Pierre Hurmic assigne Nicolas Florian en justice pour sollicitation de procurations

Les deux hommes font partie des trois candidats en lice pour le 2nd tour des élections municipales à Bordeaux. L'écologiste Pierre Hurmic reproche au maire sortant sa "façon insidieuse de solliciter des procurations aux habitants de Bordeaux".
Pierre Hurmic arrivé second au premier tour des municipales 2020, avec 96 voix d'écart avec le maire sortant candidat Nicolas Florian
Pierre Hurmic arrivé second au premier tour des municipales 2020, avec 96 voix d'écart avec le maire sortant candidat Nicolas Florian © candidat

Une procédure en référé a été deposée vendredi après-midi par Pierre Hurmic. Il a saisi le président du tribunal judiciaire en lui demandant l'accord d'assigner Nicolas Florian. "En raison d'un certain nombre d'irregularités", précise le candidat EELV.  "Le president du tribunal judiciaire a donné son accord, l'audience de référé aura lieu lundi à 14h". 

"Confusion volontairement entretenue"

Contacté par téléphone, Pierre Hurmic a pu nous préciser son intention. "Nous avons constaté que Nicolas Florian adressait par courrier et par mail à beaucoup d'électeurs bordelais, en laissant croire qu'il s'agissait d'un courrier émanant du maire de Bordeaux, alors qu'en fait il s'agit d'un courrier émanant du candidat Florian qui sollicite par ce biais l'envoi de procurations à son profit". 

Quel est l'objectif de cette assignation à une semaine du 2nd tour des élections municipales ? "J'espere qu'il soit mis un terme immédiat à cette confusion par la candidat Florian. Si nous avons fait ça, c'est car  nous avons été sollicités par beaucoup de Bordelais choqués par cette confusion volontairement entretenue. Nous demandons au juge de mettre un terme à l'envoi de ces courriers, et nous souhaitons que Nicolas Florian nous dise le nombre de courriers déjà partis".

"Une note très marseillaise"

Pierre Hurmic dénnonce clairement la méthode utilisée selon lui par Nicolas Florian. "Ca colore la campagne d'une note très marseillaise. C'est à dire que ce sont des moeurs politiques qu'on ne croyait pas possibles à Bordeaux. Je n'ai jamais eu à affronter des manoeuvres aussi lamentables ici. C'est le climat de Marseille qui s'impose à Bordeaux et c'est regrettable".  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections polémique société justice