Notre environnement a-t-il un impact sur les troubles de la fertilité ?

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

C’est un fait : les troubles de la fertilité sont de plus en plus fréquents. Plusieurs études scientifiques récentes ont démontré la relation entre des expositions environnementales et la survenue de troubles de la reproduction (troubles de la fertilité, fausses couches, prématurité…).

Par France 3 Aquitaine / CHU de Bordeaux

Invité plateau : Pr Patrick Brochard, spécialiste des pathologies professionnelles au CHU de Bordeaux
Date de diffusion : lundi 9 octobre 2017


Troubles de la reproduction et environnement

Notre environnement a-t-il un impact sur les troubles de la fertilité ?

Aujourd’hui les données scientifiques permettent une meilleure caractérisation des facteurs de risque environnementaux. Ils peuvent être de plusieurs ordres :
  • Agents utilisés ou générés par le milieu de travail et éventuellement transférés dans le milieu domestique (dérivés du plomb, certains pesticides)
  • Polluants ubiquitaires (ex : particules fines de la pollution atmosphérique, certains composés organiques volatils, produits de dégradation des plastiques).

Parmi les facteurs chimiques, le rôle des perturbateurs endocriniens (bisphénol A, certains pesticides, etc…) est une question d’actualité. Mais tous ces facteurs ne doivent pas faire oublier le rôle majeur du tabac et de l’alcool sur la reproduction.

Dr Fleur Delva, médecin de santé publique CHU de Bordeaux

D’où la nécessité de mener des actions de promotion de la santé (politiques publiques de maîtrise des risques : classement réglementaire des produits, interdiction d’usage, établissement de valeurs limites d’exposition, éducation à la santé) et des actions de prévention individuelle adaptées à chaque couple en fonction de ses expositions (aménagement des postes de travail des personnes en âge de procréer et a fortiori des femmes enceintes, suppression de certaines activités domestiques, information sur les risques comportementaux et orientation vers des prises en charge adaptées (tabac, alcool), éducation à la santé,…).

La journée scientifique « Reproduction, périnatalité et environnement » destinées exclusivement aux professionnels, a pour objectif de faire un état des connaissances scientifiques sur les relations entre les expositions environnementales et leur impact sur la reproduction en associant les équipes partenaires (Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris Fernand Widal, CHU de Rennes, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille) du centre ARTEMIS (Aquitaine ReproducTion Enfance et Maternité Santé environnement).


Le centre ARTEMIS du CHU de Bordeaux a été mis en place avec l’ARS Nouvelle-Aquitaine et l’ANSES pour aider les cliniciens (gynécologues-obstétriciens et pédiatres) et les patients (ayant présenté des troubles de la reproduction) dans la mise en place des actions de prévention individuelle. Les objectifs du Centre ARTEMIS sont :
  • Prise en charge individuelle des couples avec un diagnostic environnemental et des préconisations ciblées
  • Contribution à l’acquisition des connaissances sur le sujet en couplant l’approche clinique à la recherche
  • Transmission de l’information aux professionnels de santé via des formations sur le sujet.
Après un an de fonctionnement, le Centre ARTEMIS organise une première journée scientifique à destination des soignants et des équipes pluridisciplinaires de prévention en santé travail.

Le centre ARTEMIS est dédié à l’évaluation des expositions environnementales chez des patients présentant des troubles de la fertilité, des pathologies de la grossesse et des anomalies morphologiques congénitales.

La mise en évidence d’une exposition professionnelle ou domiciliaire à des facteurs de risques environnementaux avérés ou présumés doit pouvoir entraîner la mise en place d’actions de prévention primaire visant à optimiser le futur.

Cette évaluation n’a pas pour objectif d’expliquer le passé et les problèmes de santé présentés mais elle doit permettre de placer les patients dans les meilleures conditions pour le futur en mettant en place si nécessaire des actions de prévention concernant les expositions environnementales. »

Source :
Pr Patrick Brochard, spécialiste des pathologies professionnelles

Sur le même sujet

Des milliers de retraités agricoles obligés de rembourser un trop-perçu après un bug informatique

Près de chez vous

Les + Lus