Rencontre avec le producteur bordelais du film Mignonnes, en lice pour deux prix aux Césars

Le film Mignonnes est nommé à deux reprises pour les Césars. Avant la 46e cérémonie qui se tiendra ce vendredi soir 12 mars, rencontre avec Zangro, producteur bordelais du film.

Le producteur Zangro et la réalisatrice Maïmouna Doucouré
Le producteur Zangro et la réalisatrice Maïmouna Doucouré © ILYA S. SAVENOK / GETTY IMAGES VIA AFP

C'est le grand jour pour Mignonnes. Le film, réalisé par Maïmouna Doucouré raconte les tiraillements d'Amy, 11 ans entre sa famille et ses copines délurées. Il est nommé au Césars, dont la 46e cérémonie se tient ce vendredi. 


En lice dans les catégories "meilleur premier film", et "meilleur espoir féminin", le long-métrage aborde le sujet de l'hypersexualisation de jeunes filles, nourries aux réseaux sociaux. Amy veut intégrer un groupe de collégiennes de son âge, court-vêtues et provoquantes, et s'entraîne à danser lascivement tout en rêvant d'une émancipation. Le film a déjà reçu le prix de la Meilleure réalisation au festival de Sundance.

Parmi les artisans de cette réussite, on retrouve le producteur Zangro, à la tête de la société Bien ou bien productions. Ce Bordelais avait déjà travaillé avec Maïmouna Doucouré pour le film Mamans, lauréat du César du meilleur court métrage en 2017. Et ne tarit pas d'éloges à son sujet.

Au départ,ce que j'ai repéré chez Maïmouna, c'est cette faculté à diriger les enfants. Et puis, très rapidement, dès qu'elle a commencé à faire de la direction d'acteur lors du cast, j'ai su que j'avais affaire à quelqu'un d'exceptionnel, qui savait sortir le meilleur des acteurs. J'ai été époustouflé

Zangro, Bien ou Bien productions

Une polémique douloureuse

Sorti en salle en France en août 2020, le film a déclenché une polémique internationale lors de sa sortie Neflix quelques mois plus tard. Notamment aux Etats-Unis, où les images de ces préadolescentes enchaînant des poses suggestives a provoqué la colère des milieux conservateurs. Quand bien même le propos de la réalisatrice était justement de critiquer cette hypersexualisation. Les conséquences ont été douloureuses pour l'équipe de tournage.


"Lors de la sortie sur Netflix, l'affiche était un peu maladroite, explique Zangro. Par ailleurs, elle ne ressemble pas du tout à notre affiche française. Cela a été mal interprété, on s'est retrouvé avec une hystérie de la part de l'extrême droite américaine. Ca a été compliqué à vivre, on a reçu plus de 1 500 menaces de mort. On a fait front, nous sommes une équipe très soudée, et heureusement, nous avons été soutenus", se souvient le producteur. 

La révélation Fathia Youssouf

L'actrice principale de Mignonnes, Fathia Youssouf, crève l'écran. Son interprétation d'Amy a séduit les critiques du monde entier. Elle n'a pourtant pas été sélectionnée parmi les présélections suggérées par l'Académie des arts et du cinéma, avant le vote désignant les cinq finalistes. La raison : son jeune âge. Fathia Youssouf a 14 ans cette année, et pour la première fois cette année, le comité avait décidé de ne pas choisir de talents âgés de moins de 18 ans. 

Mise de côté dans cette présélection, la jeune actrice a pourtant été choisie par les votants des Césars pour figurer parmi les finalistes en lice ce soir. 

Elle est passée par la cheminée, elle est réapparue, et, quelque part,  justice est rendue. Nous trouvions extrêmement dommage que pour une question d'âge, on ne prenne pas en compte son talent.  

Zangro, Bien ou Bien productions



VIDEO : Le reportage de France 3 Aquitaine : rencontre avec Zangro

Produit par des Bordelais, le film Mignonne nommé deux fois aux Césars

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture