Roman Polanski : Collages Féminicides Bordeaux manifeste devant l'Utopia

Manifestation de Collages Féminicides Bordeaux, devant l'Utopia. / © France 3 Aquitaine / O.P
Manifestation de Collages Féminicides Bordeaux, devant l'Utopia. / © France 3 Aquitaine / O.P

Le collectif Collage Féminicides Bordeaux était devant l’Utopia, mardi 19 novembre, pour protester contre la sortie du film de Roman Polanski, accusé de viol.

Par Julie Chapman

Elles étaient une quarantaine, mardi soir, vers 20h, bloquant l'entrée de l’Utopia, e centre-ville. Le collectif Collages Féminicides Bordeaux s'est donné rendez-vous devant le cinéma pour protester contre la sortie du film « J’accuse », de Roman Polanski. Le réalisateur est en effet accusé, depuis plusieurs semaines, de viol et de violences par plusieurs actrices. 

On veut faire entendre nos voix et celles des femmes victimes de cet homme. Pour nous, prjeter ce film est un réel affront qu'on leur fait.
Marjorie, une membre du collectif.

 

 

Les pancartes ciblaient le réalisateur, souvent décrit comme "protégé" du cinéma français. / © France 3 Aquitaine / O.P
Les pancartes ciblaient le réalisateur, souvent décrit comme "protégé" du cinéma français. / © France 3 Aquitaine / O.P
 

Manifestation non-mixte


La manifestation se voulait non-mixte : seules des femmes pouvaient y participer. Mais certains hommes, présents devant le cinéma, ont tout de même pu se joindre au mouvement. 

Des discussions houleuses entre spectateurs et manifestantes se sont installées, sans violence cependant.

"On sait depuis longtemps que roman polanski peut être incriminé. Mais dans tous les ca,s on ne peut accuser quelqu'un tant qu'il ets pas jugé. Qu'il y ait des mouvements, je le soutiens complètement. Mais on ne peut pas tout bloquer, il ne faut pas que ce soit un engagement aveugle", explique l'un des spectateurs.

De son côté, la direction de l'Utopia n'a pas souhaité s'exprimer. Elle a cependant décidé d'annuler la séance et une discussion a été ouverte avec les militantes concernant la programmation des autres séances.

Notre but premier est d'avoir une dicussion avec ces cinémas que l'on considère comme complice, pour arrêter la diffusion de son film tout court.
Charlotte Monasterio, membre de Collages Féminicides. 

La police est, quant à elle, arrivée sur les lieux vers 20h15 mais n'est pas intervenue, aucune violene n'ayant été déclarée.

Collages Féminicides avait déjà fait parler de lui, il y a quelques semaines. Plusieurs groupes de France avaient collé, dans la nuit, des affiches dénonçant l’inaction de la justice et de l’Etat en matière de violences conjugales. 


Un clip pour dénoncer les féminicides


À Bordeaux, le collectif avait également collé, à la rentrée, des affiches pour dénoncer les violences faites aux femmes. 

En parallèle de la manifestation, le clip "Au nom de" de Bordeaux Prévention, était projeté à 20h, à l'Utopia, pour la semaine internationale d'élimination des violences faites aux femmes. Avec 130 bénévoles et les danseurs de l'Opéra de Bordeaux, le clip lutte contre les violences et discriminations de genre.
 
Le clip "Au nom de"
Le clip "Au nom de"



 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus