Cet article date de plus de 3 ans

Le Stade Français l'emporte sur l'Union Bordeaux-Bègles 22 à 12, Brunel part sur un échec

Pour ce dernier match de 2017 et avant de perdre leur entraineur Jacques Brunel, les Bordelais n'ont pas réussi à l'emporter face au Stade Français, au stade Jean-Bouin à Paris. 
Au terme d'une rencontre longtemps terne avant de s'emballer sur la fin, le club parisien a bouclé sur un succès bonifié sa drôle d'année 2017, marquée par le rocambolesque épisode de la fusion - aussitôt abandonnée - avec le Racing 92 et le rachat par l'homme d'affaires allemand Hans-Peter Wild.

Grâce aux trois essais de Danty (35e), Camara (61) et Waisea (77), les Parisiens restent 11e mais s'éloignent de la zone rouge incarnée par Brive, sur lequel ils comptent désormais 12 points d'avance.

Un rattrapage insuffisant 


Les cinq points semblent presque inespérés quand on sait que les Bordelais pointaient encore à 3 points (15-12) à cinq minutes de la fin et que l'arbitre est revenu sur sa décision d'exclure l'arrière Tony Ensor pour en-avant volontaire (54e), sans doute le tournant du match.

Les Bordelais, eux, restent 8e et manquent une belle occasion de revenir dans le top 6 synonyme de barrage. Mais ils offrent surtout une triste sortie à leur manager Jacques Brunel, nommé mercredi nouveau sélectionneur du XV de France en remplacement de Guy Novès et qui prendra ses fonctions la semaine prochaine.



Plombé par de nombreuses fautes de jeu et autres passes approximatives des deux camps, le match a mis presque une période à démarrer. Le temps pour l'arrière parisien Tony Ensor de s'échapper sur l'aile gauche et de transmettre au centre Jonathan Danty juste avant d'être plaqué en touche.

L'international français assurait sa récupération sur une roulade et marquait le premier essai. L'ouvreur Jules Plisson donnait sept points d'avant aux siens (10-3, 35e) à la mi-temps.

Mais les Bordelais, qui ont perdu leur ailier Geoffrey Cros, sorti sur civière après un choc à la tête avec le genou de Waisea (28e), vont revenir au score grâce à leur jeune ouvreur (19 ans) Matthieu Jalibert, auteur de l'ensemble des points de son équipe, dont deux pénalités en trois minutes (10-9, 48e).

Après le deuxième essai parisien inscrit par Djibril Camara sur un bon coup de pied à suivre de Plisson (15-9, 61e), la révélation de la saison a permis à l'UBB d'y croire jusqu'au bout grâce à une quatrième pénalité qui ramenait son équipe à trois points (15-12, 70e), tandis que Plisson ratait la transformation (61e) et une pénalité (71e). Mais Waisea (77e) a enterré les espoirs bordelais.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
union bordeaux-bègles rugby sport top 14