Usine morte chez Ford à Blanquefort en Gironde

Après le retrait du constructeur américain à Blanquefort, la détermination des salariés de Ford reste intacte. Forte mobilisation ce vendredi avant de se rendre à la préfecture.

Par Sandrine Papin

Ils sont autour de 200  réunis sur le parking de Ford à Blanquefort puis en cortège dans les  rues de Bordeaux, rejoints par des élus de la région. Opération « usine morte » lancée par l’intersyndicale (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE/CGC).

Parmi les salariés, des ouvriers mais aussi des cadres de l’entreprise. Tous venus défendre leurs emplois à l’occasion du comité de suivi organisé ce vendredi en préfecture à Bordeaux.
 

Usine morte à Blanquefort et défilé dans Bordeaux



Une réunion s'est tenue autour du préfet de région : le délégué interministériel à la restructuration industrielle, les élus locaux, les syndicats et pour la première fois depuis l’annonce du retrait du constructeur automobile, des représentants de Ford Europe.

910 emplois sont en jeu

Un document interne confidentiel intitulé « Bordeaux Plant Divestment » (désinvestissement de l’usine de Bordeaux ) dévoile la stratégie de l’entreprise. La CGT affirme être en possession de ce dossier qui prouve que « Ford prépare son départ de Blanquefort depuis de nombreuses années » d’après Gilles Lambersend, le secrétaire du Comité d’entreprise.
 

Ils ne veulent toujours pas entendre parler d'un repreneur.

► Regardez Philippe Poutou, salarié de l'usine et délégué CGT. L'ancien candidat à la présidentielle était l'invité du 12/13 ce midi en Aquitaine avant le comité de suivi.

 

Philippe Poutou et l'avenir de Ford à Blanquefort en Gironde


Départ de Blanquefort, direction la place des Quinconces. Le cortège doit rallier la préfecture en passant par la place de la Comédie, le cours de l’Intendance, la place Gambetta, les rues Georges Bonnac, du Château et Claude Bonnier.

Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus