Il y a 20 ans, Blaye pleurait onze morts dans une explosion agricole

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne-Flore Roulette
© INA

Dimanche 20 août cela fera 20 ans jour pour jour que la ville de Blaye en Gironde a connu une tragédie. Un silo d'une coopérative agricole de plusieurs dizaines de tonnes avait explosé, tuant onze personnes.

Le 20 août 1997 à 10 heures 15, la ville de Blaye se réveillait avec une violente déflagration. Un silo à grains venait d'exploser sur le port de Blaye, le long de la Gironde, à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux. Le silo appartenait à l'entreprise Semabla, une industrie d'ensilage et de stockage de céréales.

Des bureaux se trouvaient à proximité du silo. Douze membres administratifs étaient présents à l'intérieur : sept secrétaires, deux sous-directeurs, un chauffeur et deux manutentionnaires.

Commençaient alors trois jours de recherches intensives. Des tonnes de plaques de béton, de poutrelles, de gravats et de 30 000 tonnes de maïs, de blé et d'orge formaient un éboulis de près de deux hectares.



Plus de 200 sapeurs-pompiers et agents de la sécurité civile avaient travaillé main dans la main avec les membres de l'entreprise venus aider pour le repérage des lieux. Le but était de retrouver et de sortir les victimes le plus rapidement possible.  Parmi elles, un rescapé miraculeux : le conducteur d'engin de 46 ans  a été sorti des décombres avec une fracture ouverte à la cheville.

Dans cet accident, onze personnes ont trouvé la mort, provoquant un choc immense dans la région. Parmi les employés dix ont trouvé la mort. Le onzième décès était un pêcheur qui passait à proximité. Longtemps porté disparu, il avait été retrouvé quinze jours plus tard.

Sécurité agricole 


Quelques années plus tôt, en 1983, le ministère de l'Environnement avait pourtant fait paraître un arrêté pour la sécurité des stockages de céréales. Mais les silos les plus anciens comme ceux de Blaye, créés en 1969, il était compliqué de respecter les nouvelles normes sans tout raser. L'une des contraintes par exemple imposait notamment d'éloigner les bâtiments d'au moins une fois et demie la hauteur du silo pour qu'en cas d'incident les équipes soient le moins exposées.

Et pour cause, la manipulation et la fermentation des grains dans les coopératives agricoles créent une atmosphère inflammable. Il était très rare qu'un incendie ou une explosion arrive chez les agriculteurs car le grain n'est pas tout à fait sec. Mais à l'époque les entreprises comme à Blaye représentaient un risque. 


Condamnation et réhabilitation

Trois ans et demi après l'explosion la Semabla ainsi que son responsable de l'époque Roger Capella, ont été poursuivis devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour :

Homicides et blessures involontaires par manquement à une obligation de sécurité et de prudence


L'ancien directeur a été condamné, le 27 février 2001, à dix-huit mois de prison avec sursis et 50 000 francs (9 557 d'euros). Et la société exploitante des silos de céréales, elle-même en tant que personne morale, a été condamnée à un million de francs d'amende (191 143 d'euros) et trois ans de surveillance judiciaire.

Depuis, les anciens silos n'existent plus. Mais la zone près de la Gironde reste celle des entreprises et du stockage agricole et des commémorations. En effet, près du port, une stèle a été érigée en souvenir du drame.

Lors des 15 ans de l'explosion, la municipalité, les membres des familles et un représentant de la société étaient venus rendre hommage en déposant une gerbe. 



► Visionnez notre reportage avec les images d'époque pour plus de compréhension : 

durée de la vidéo: 01 min 33
Blaye : Les 20 ans de l'explosion du silo qui avait fait 11 morts ©INA


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.