Polémique autour de la vente du rafale à l'Egypte

La secrétaire nationale d'EELV réaffirme que le Rafale est "un ratage industriel". Il a fallu "30 ans pour vendre 24 Rafales..." souligne t-elle.

Alors que le monde politique et économique se réjouit des premières ventes de l'avion militaire français à l'étranger, certains s'interrogent sur la capacité de l'Egypte à financer cet achat de 5 milliards d'euros, et se demandent à quoi vont être utilisés ces chasseurs.

L'écologiste Emmanuelle Cosse, pour sa part, chef de file d'Europe Ecologie Les Verts maintient que le Rafale est "un ratage industriel", et s'étonne que la "priorité" de ce pays soit cette acquisition.

"Trente ans pour vendre 24 Rafales", a t-elle observé sur France Info. "Il y a un an, j'ai traité le Rafale de ratage industriel français. Je le
maintiens". "On peut s'interroger sur pourquoi on a autant investi autant dans cet avion".

"Je pourrais vous dire : oui, c'est formidable pour les comptes publics et pour Dassault", a t-elle poursuivi. Mais elle s'est surtout demandée si la "priorité" de l'Egypte était vraiment d'acheter ces avions, "dans la difficulté économique et sociale dans laquelle elle est, une Egypte qui, je vous le rappelle, il y a une semaine, n'a pas hésité à tirer sur des manifestants".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique politique