Tempête de 1999 : "j'ai tout perdu", Stéphane Raymond, éleveur à Saint-Ciers-sur-Gironde

Dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999, la commune rurale de Saint-Ciers-sur-Gironde a été entièrement noyée sous les eaux de l'estuaire de la Gironde. Stéphane Raymond, jeune éleveur de vaches laitières installé en bord de fleuve, a vécu un cauchemar cette nuit-là.

Stéphane Raymond est éleveur sur la commune de Saint-Ciers-sur-Gironde. En décembre 1999, la tempête Martin a tué 30 de ses vaches et détruit ses hangars de travail. Il a du repartir de zéro.
Stéphane Raymond est éleveur sur la commune de Saint-Ciers-sur-Gironde. En décembre 1999, la tempête Martin a tué 30 de ses vaches et détruit ses hangars de travail. Il a du repartir de zéro. © América Lopez/France 3 Aquitaine
Vents violents, inondations, foyers privés d’électricité, la Gironde a été durement frappée par la tempête Martin en décembre 1999. Au nord du département, les communes de l'estuaire ont été totalement noyées sous les eaux du fleuve qui sont passées au-dessus des digues.


"La tempête n'a pas gagné"


A Saint-Ciers-sur-Gironde, Stéphane Raymond, un jeune éleveur de vaches laitières, a perdu ses bêtes (à l'époque des vaches laitières) et ses hangars. Son exploitation agricole héritée de ses parents se situait en bord de Gironde.

J'avais 20 ans et je venais d'investir dans du matériel et acheté des vaches laitières, et j'ai tout perdu en quelques heures. J'étais complètement abbatu.
Stéphane Raymond, éleveur.


La tempête de 1999 a été un choc pour ce jeune agriculteur, très attaché à ses terres. Grâce à "l'énergie de la jeunesse et aux banques", il a pu reprendre son activité.

Je ne pouvais pas me dire que la tempête avait gagné mais je n'arrivais pas à oublier. Je me disais que je pouvais tout perdre à nouveau alors j'ai décidé de déplacer mon exploitation 5 km plus loin, loin du fleuve.
Stéphane Raymond, éleveur à Saint-Ciers-sur-Gironde.

►VIDEO : Rencontre avec Stéphane aujourd'hui : séquence souvenirs ► notre reportage sur la tempête de 1999, 20 ans après, à Saint-Ciers-sur-Gironde et à Saint-Louis-de-Montferrand deux communes riveraines de l'estuaire qui sont régulièrement inondées par le fleuve :
 
Tempête de 1999 : retour 20 après dans les communes inondées de Gironde


"A Saint-Louis-de-Montferrand, on a appris à vivre avec le risque d'inondations"

La nuit de la tempête, d'autres communes riveraines du fleuve ont été touchées par les inondations. C'est le cas de Saint-Louis de Monferrand, petite commune de la métropole bordelaise implantée sur la presqu'île d'Ambès.

On est rodés. A chaque alerte vigilance orange de Météo france, on informe les habitants et on communique les horaires et les coefficients de marées.
Josiane Zambon - maire de Saint-Louis de Montferrand

En décembre 1999, le village a pris l'eau. Et cet épisode de tempête est logtemps resté un traumatisme, certains habitants ont carrément préféré quitter les lieux. 

Aujourd'hui, il y a des nouveaux habitants dans la commune et je leur explique les risques du fleuve. Tout se passse bien.
Josiane Zambon - maire de Saint-Louis-de-Montferrand

 
Inondations des berges de Saint-Louis de Montferrand le 13 décembre 2019.
Inondations des berges de Saint-Louis de Montferrand le 13 décembre 2019. © América Lopez/ France 3 Aquitaine


Saint-Louis de Montferrand a été classé en Zone extrême danger pour le risque d'inondation en mai. Une trentaine de maison construite en bord de Garonne, a été rachetée par l'Etat puis détruite. A la place, la commune a aménagé "des espaces de résilience" avec le fleuve qui déborde régulièrement. Des potagers et des espaces d'expositions artistiques que se partagent les habitants.

 
VIDEO : les images d'archives de la tempête Martin  et les dégâts en Aquitaine notamment en Gironde :
Tempête de 1999 : retour en images sur les dégâts en Aquitaine

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo intempéries nature environnement société agriculture économie