Cet article date de plus de 5 ans

Grande Aquitaine, Sud-ouest-Atlantique, Aliénor...Quel nom pour la grande région ?

Ce sera le premier travail de la nouvelle assemblée régionale : choisir un nom pour cette grande région regroupant l'Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes. Les idées sont nombreuses, des plus fantaisistes aux plus sérieuses. Tour d'horizon des différentes propositions.



Le nom de la future région doit être trouvé avant fin juin, il devra ensuite être accepté par le Conseil d'Etat. Juste après son élection hier, le président de la nouvelle région, Alain Rousset a souhaité "un nom qui doit rassembler, qui doit claquer à l'oreille de chaque habitant, qui doit être une marque pour nos produits".
Mais nous avons chacun nos préférences et un avis sur la question. Alain Rousset a d’ailleurs indiqué dès hier qu’il allait mettre en place un groupe de travail pour faire avancer le dossier.

De mai à décembre dernier, le site magranderégion.fr, fusionné depuis ce matin avec laregion-alpc.fr, a organisé un sondage auprès de 5000 internautes dont 46% d'Aquitains. C’est un nom formé sur la base du nom Aquitaine qui tient la corde devant un nom composé d’Atlantique ou de Sud Ouest.
© France 3


A noter que 6% des internautes ont choisi à avancer une appellation à consonance historique en hommage à Aliénor ou au grand Duché d’Aliénor. Un choix "de coeur" revendiqué  par Alain Juppé, le maire de Bordeaux, qui ce matin sur Europe 1 dit cependant opté désormais pour un nom conservant le mot Aquitaine :"J'avais suggéré le Duché d'Aliénor, mais enfin c'est un peu passéiste. Peut-être alors la Grande Aquitaine" a-il-dit.

A droite comme à gauche les élus de cette grande région se sont publiquement exprimés, essentiellement via Twitter,
Jean-Pierre Raffarin parle déjà de « Grande Aquitaine » dans ses messages. "Cette Aquitaine n'est pas "nouvelle",elle ressemble à l'ancienne, la Poitevine. Je préfère donc la "grande" Aquitaine" écrit-il sur Twitter.
Jean-François Macaire aurait un penchant pour Nouvelle Aquitaine. Dominique Bussereau est aussi dans cette veine

Une chose est sûre on ne s’oriente pas pour l’instant vers un référendum ou vers une consultation populaire comme en Midi -Pyrénées-Languedoc-Roussillon, peut-être pour éviter des propositions farfelues comme celle  de DD du Poitou et de son affiche APOIL pour Aquitaine Poitou-Charentes Limousin.
APOIL, le nom proposé pour la région par DD du Pwatoo.
APOIL, le nom proposé pour la région par DD du Pwatoo. © DD du Pwatoo

Mais au delà de la plaisanterie, choisir un nom n’est pas anodin, il y a de vrai enjeux économiques notamment et culturels derrière tout ça.


Les partisans de la connotation "Atlantique" 

Il faut que ce nom parle à la fois aux acteurs économiques touristiques et culturels en france et à l'étranger, c’est pour cela que certains font le forcing comme Dominique Hummel, le patron du Futuroscope, pour que le mot "Atlantique" figure dans ce nouveau nom. Une proposition à laquelle souscrit Nathalie Lanzi, la toute nouvelle 2ème vice-présidente de la région et élue des Deux-Sèvres qui avoue sur notre plateau du Midi-Pile : "J'aime bien Sud-Ouest Atlantique".
Pour l’instant donc il existe un logo et un nom provisoire, ALPC pour Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes dans l'ordre alphabétique. Plus informatif qu’autre chose, il a tout de même coûté 6400 euros pour sa conception.

Les élus du nouveau Conseil Régional ont six mois pour se mettre d’accord et proposer un nom au Conseil d’Etat qui tranchera en octobre 2016;
Deux régions ont déjà changé de nom en France, "Normandie" pour le rassemblement de la Haute et de la Basse Normandie et le Centre qui s’appelle désormais Centre-Val-de-Loire, là encore pour des raisons d’attraction touristique principalement.








Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine politique réforme territoriale fusion des régions économie