Où disparaissent nos chaussettes ?

C'est toujours la même histoire, à la sortie de la machine à lavée, on découvre vite que des paires de chaussettes ont été sauvagement séparées. / © Margaux Blanloeil
C'est toujours la même histoire, à la sortie de la machine à lavée, on découvre vite que des paires de chaussettes ont été sauvagement séparées. / © Margaux Blanloeil

Fatalité, malchance, malédiction ... la disparition des chaussettes touche bel et bien tout le monde et reste pour beaucoup un véritable mystère. 
Pour éviter les socquettes orphelines, une société lance une solution innovante : la vente de chaussettes seules, fabriquées en Haute-Vienne. 

Par Margaux Blanloeil

Rouges, jaunes, vertes, unies, à pois ou à rayures, les chaussettes ne restent jamais très longtemps par paire. Qui n’a jamais perdu une chaussette ?

Les victimes de ce syndrome se comptent en milliers. Très souvent, ces dernières possèdent une machine à laver et c’est au moment, d’étendre le linge que les dégâts sont constatés. « Je me demande si ma machine à laver ne les mange pas » déclare Anne-Claire.

Plusieurs théories existent pour désigner un coupable. Les Gnomes, les Chaussettophages, ou encore les lutins voleurs restent les principaux accusés.

Certains gardent les pieds sur terre en expliquant calmement que les chaussettes peuvent rester coincées dans le joint de la machine à laver.

Malgré toutes ces explications, les chaussettes disparues restent difficiles à retrouver. Mais, pour cela, chacun développe sa propre stratégie.


Des techniques simples pour retrouver ses chaussettes


Avant de les jeter, chacun à sa méthode pour espérer reconstituer une paire. Caroline se confie « j’ai un panier pour les chaussettes solitaires et régulièrement, je retrouve leurs amoureuses ».

« J’ai un tiroir à chaussettes seules et j’attends en espérant retrouver leurs sœurs » livre Anne-Claire.

Odette elle, déclare ne pas avoir beaucoup de chaussettes orphelines, « seulement quand elles le sont, elles le restent longtemps ».

Certains organisent même des journées spéciales pour retrouver les paires. Hélène explique : « une fois par trimestre, toute la famille descend avec ses chaussettes orphelines, on les étale toutes dans le salon et on tente de les remettre ensemble ».

D’autres décident de ne pas jeter les chaussettes définitivement seules : « j’en mets des dépareillés, ça ne dérange pas » raconte Paul. Eric lui avoue « se retrouver parfois avec une chaussette plus courte que l’autre. Mais, ça ne se voit pas sous mes longs pantalons ».

Les chaussettes vendues à l’unité : une solution innovante lancée par une entreprise du Nord


Lutter contre le gaspillage en évitant de jeter ses chaussettes seules est l’un des objectifs d’une jeune société des Hauts de France Monsieur Lucette qui se lance dans la commercialisation de chaussettes vendues à l'unité.

Pour leurs fabrications, les fondateurs choisissent l’entreprise familiale Broussaud Textiles, basée aux Cars, en Haute-Vienne.

 

Recyclage et Made in France


L’entreprise fourmille de belles idées. Pour promouvoir l’économie locale, elle fait fabriquer en France et pour protéger l’environnement, elle décide de concevoir ses chaussettes à base de coton recyclé. Une tendance constatée par Aymeric Broussaud, le patron de l’entreprise Haut-Viennoise. 

Depuis un an, on a énormément de demandes sur l’éco-conception des produits et sur le recyclé. On a un engouement très très important.


Croissants, bières, moules, marnières, frites, les motifs de ces chaussettes uniques surfent sur le made in France en voulant évoquer les régions et surtout les Hauts de France.

Pour les aider dans leur projet, Mouyan Wong, Cofondatrice de Monsieur Lucette a lancé une campagne de financement participatif.

Objectif : commercialiser les premiers produits fin novembre. Coût d’une chaussette solitaire : 7 euros.

Une innovation bien trouvée qui apaisera sans-doute les milliers de personnes qui subissent les disparations incessantes de chaussettes.    


 
Qui n’a jamais perdu une chaussette ?
Pour éviter ça, une entreprise du Nord propose une solution et a confié la fabrication à la société Brousssaud, basée aux Cars, en Haute-Vienne. Intervenants : Mouyan Wong, Cofondatrice Monsieur Lucette ; Aymeric Broussaud, Directeur commercial de l'entreprise ; Franck Fargeot, Responsable de la production  - france 3 limousin -  Hélène Assekour et Noelle Vaille

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus