Incivilités, agressions... les maires de communes rurales baissent les bras

Le Sénat lance une grande consultation des maires sur le thème des incivilités. Un phénomène qui, à sept mois des élections municipales, en décourage plus d'un.
 

Des maires ne se représenteront pas à cause des incivilités auxquelles ils doivent faire face
Des maires ne se représenteront pas à cause des incivilités auxquelles ils doivent faire face
Après le décès du maire de Signes dans le Var, la commission des lois du Sénat lance une grande consultation des maires sur les menaces, les agressions, les injures auxquelles ils sont confrontés dans l'exercice de leur mandat.

A Saint-Brice-sur-Vienne et Jourgnac, dans la Haute-Vienne, les maires, élus depuis de nombreuses années, sont prêts à renoncer à leurs mandats, en raison des incivilités auxquelles ils doivent faire face, comme les injures répétèes.  
 

Il y a un changement profond en 25 ans de la mentalité, de l'attente des gens. Les gens sont très individualistes. C'est ce qui pèse beaucoup pour un élu (Olivier Lerenard, maire de Jourgnac)

 

Les élus ont jusqu'au 15 septembre prochain pour répondre au questionnaire du sénat. 
 
Des maires face aux incivilités


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société politique