Législatives 2022 : Jean Baptiste Djebbari a-t-il encore un avenir en Haute-Vienne ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Franck Petit

Depuis le 4 Février 2022, Jean Baptiste Djebbari est titulaire d’un prestigieux diplôme de l’école polytechnique. Le ministre délégué des transports reviendra-t-il en Haute-Vienne pour les législatives ?

L’information a été publiée dans le quotidien « La lettre A ». Le 4 février 2022, Jean Baptiste Djebbari s’est vu remettre un diplôme validant une formation très prisée au sein de l’école polytechnique.

Il a rempli son dossier de candidature alors qu’il était encore député de la seconde circonscription de la Haute-Vienne. Au ministère des transports, son cabinet nous confirme qu’il a payé 49 000 euros de frais d’inscription sur ses deniers personnels.

Dans un article passé totalement inaperçu en décembre 2021, rédigé par Nicolas Mottis, directeur académique de l’executive master de l’X, on apprend que le ministre délégué des transports a consacré 3 à 4 jours par mois à sa formation pendant 14 mois.

Sur ses objectifs personnels, le ministre affirme : « Je ne suis pas venu chercher un label ou un réseau professionnel. Je suis venu m’augmenter sur le plan des connaissances techniques. »

Selon la plaquette officielle de l’école, « les cours sont dispensés par des enseignants-chercheurs de l’École polytechnique, afin de pouvoir donner un accès direct aux recherches les plus en pointe dans des domaines très variés tels que la Data Science, les nouvelles énergies, l’intelligence artificielle, ou encore l’ingénierie biomédicale. »  

Législatives 2022

Avec une telle formation, on peut légitimement se demander si l’ancien député de la Haute-Vienne a l’intention de rempiler pour les législatives de 2022.

Nous lui avons posé la question ce vendredi, mais il n’a pas trouvé le temps de nous répondre. La semaine prochaine peut-être, nous a rassuré son service de presse.

Une chose est sûre, Pierre Venteau, devenu député de la seconde circonscription de Haute-Vienne depuis le départ de Jean Baptiste Djebbari, pense aussi à son avenir.

S’il refuse encore de confirmer s’il souhaite repartir pour un nouveau mandat, il anime en ce moment des réunions locales dans lesquelles il dresse son propre bilan. Le 17 mars 2022, il était à la maison du temps libre à Limoges.

Et selon plusieurs sources concordantes, il se serait ménagé une possible porte de sortie en cas de non réélection. Il serait en effet pressenti pour prendre la direction de l’association Pommes-Poires.  

Pas le bienvenu

Dans l’hypothèse où Jean Baptiste Djebbari souhaiterait revenir dans la seconde circonscription de la Haute-Vienne, il aurait à faire face à certains élus de poids, comme Daniel Boisserie, maire de Saint-Yrieix-La-Perche : « Nous avons eu aucune retombée locale depuis qu’il est au ministère. Il n’a rien fait pour les petites lignes SNCF ».

Pierre Allart, maire de Saint-Junien, lui a déjà prodigué quelques conseils : « S’il envisage une carrière politique, qu’il reste plutôt près de chez lui en région parisienne. C’est beaucoup mieux que se faire parachuter ».  

Les autres députés LREM de Haute-Vienne

En 2017, les candidats LREM aux législatives avaient fait carton plein en Haute-Vienne. Ce qui avait fait dire à Guillaume Guérin, président des Républicains du département : « Avec une investiture En Marche, même une poignée de porte aurait pu se faire élire ».

Aujourd’hui, Sophie Beaudoin-Hubière, actuelle députée de la 1re circonscription, souhaite examiner de près le programme qu’Emmanuel Macron a dévoilé jeudi 17 mars : « Il me semble légitime de vouloir défendre mon bilan devant les électeurs. Mais j'ai une fibre sociale et me lancerai uniquement si le programme me convient»

Marie-Ange Magne, députée de la 3e circonscription, est de son côté dans une période réflexion : « Je n’ai pris aucune décision. L’engagement est loin d’être anodin. Je viens du centre gauche et j’ai des convictions sociales. Quand je me suis lancée en politique, je me suis toujours dit que ça n’était pas un métier »

Les députés LREM seront investis officiellement après le second tour de l’élection présidentielle.