A Limoges, le plaisir de patiner malgré le handicap

Publié le
Écrit par Annaick Demars .

Un groupe de déficients visuels a pu découvrir ou redécouvrir la pratique du patin à glace à la patinoire de Limoges. Découverte de ce cours un peu particulier dans lequel le handicap n'empêche pas le plaisir.

En ce lundi 28 novembre 2022, ils sont une dizaine de de jeunes adultes mal-voyants et non-voyants à investir la glace de la patinoire de Limoges. L'équipement leur est réservé pour un cours d’une heure de glisse. Les consignes sont simples : "On va positionner ses pieds comme un pingouin, comme Charlie Chaplin, leur indique Frédéric Cavé, professeur au Club de patinage artistique de Limoges. 

Du patinage artistique pour personnes en déficience visuelle, c’est possible et ça s’est passé ce le 28 novembre 2022 à Limoges. Un moment de découverte, pour le plaisir. Et vous allez voir que le handicap n’empêche en rien la pratique avec le reportage d'Olfa Ayed et Jean-Marie Arnal. ©O. Ayed / JM Arnal

Après les consignes, place à la piste glacée pour les onze élèves du jour atteints de déficience visuelle, dont beaucoup n’ont pas patiné depuis l’enfance. "J’ai peur de tomber, de me faire mal", explique Pauline Bonnard, 27 ans, étudiante en kiné. Sur cette piste de dimension olympique -60 mètres de long pour 30 mètres de large, l'adaptation se fait vite pour ces étudiants en kiné à Limoges. Chloé Thouvenin, par exemple, est venue avec sa chienne : "C’est agréable, on retrouve des sensations, elle n’en avait jamais fait de sa vie : je découvre avec ma chienne. Là, elle ne guide pas, juste elle s'amuse"

Ce sont les mêmes règles, en sachant que ce sont aussi des personnes qui développent d’autres capacités qu'elles mettent en action tout de suite, spontanément, c'est ça qui est aussi très agréable 

Frédéric Cavé, professeur de patinage artistique

Sur la glace, tout est prévu : kits d'équilibre à disposition, cordes tirées en travers de la piste. Des équipement rassurants pour Amaury Raulo, 37 ans, en reconversion à l’école de kiné : "Mon plus gros stress, ça va être les autres … ce que je ne maîtrise pas, c'est le fait de me percuter à quelqu'un d'autre. Dans une patinoire où il y a plein de monde, j’aurais beaucoup de mal". IAprès cette expérience, Amaury s'est fixé un objectif : prendre ses marques pour pouvoir ensuite y retourner avec ses enfants.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité