Conseil municipal de Limoges : de gros enjeux

Hier soir à Limoges les élus municipaux ont débattu autour de grands projets comme la vidéo-protection, les subventions aux associations, la rénovation des quartiers de La Bastide, de Beaubreuil et du Val de Laurence et le réaménagement de la place de la République.

Les grands enjeux pour Limoges ont animé hier soir le conseil municipal.

La vidéo protection avec la création d'un centre de supervision urbain agitent le débat ; le PS s'abstient et Terre de Gauche vote contre. Le ton se durcit lorsqu'on aborde la question des subventions aux associations, en baisse pour beaucoup.
Autres projets qui mettent de l'huile sur le feu : la rénovation des quartiers de La Bastide, de Beaubreuil et du Val de Laurence.


Dialogue compétitif et consensus autour de la place de la République

Mais au coeur des débats, un projet fait consensus : le réaménagement de la place de la République et de ses rues adjacentes.
Investissement indispensable pour renforcer l'attractivité touristique de Limoges et la dynamique économique du centre ville. Une enveloppe de 12 millions d'euros devrait être attribuée.

Particularité : la ville opte pour le "dialogue compétitif", procédure prévue par le Code des marchés publics lorsque le projet envisagé est complexe. C'est ici le cas puisque le réaménagement nécessite l'intervention d'architectes urbanistes, de paysagistes et d'experts en valorisation du patrimoine.

Adopté à l'unanimité, l'opposition a cependant émis des observations sur les 24 platanes qui seront abattus dans les jours à venir, en marge des fouilles archéologiques qui débutent en juin prochain.

Limoges : conseil municipal du mardi 28 avril 2015 Isabelle Rio/Margaux Blanloeil/Mary Bernhard

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité