Elections municipales : la situation se précise à Limoges

Ce jeudi 14 novembre 2019, Guillaume Guérin, le 1er adjoint au maire de Limoges et patron de LR en Haute-Vienne, est sorti de sa réserve pour dire que la droite est prête et qu’il appelle Emile Roger Lombertie à se représenter. Autrement dit, le maire sortant va briguer un second mandat. 

Le maire de Limoges, Emile-Roger Lombertie, annoncera officiellement sa candidature la deuxième semaine de décembre à l’occasion d’un grand meeting. Sa liste est prête. Du moins dans les grandes lignes. Ce sera une liste LR, UDI, MODEM et Macron-compatible.

Car, si la candidature du maire sortant était un secret de polichinelle, la constitution d’une liste de LREM était jusqu’à présent incertaine. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Une liste du mouvement d’Emmanuel Macron sera présente à Limoges. Avec une femme à sa tête. Des noms circulent et on attend, incessamment sous peu, l’annonce de la Commission nationale d’investiture de ce  mouvement. Cette liste, probablement, fusionnera avec celle du maire sortant au second tour. Encore que sur ce point-là Guillaume Guérin, ce matin, à l’occasion d’une conférence de presse, se montrait très prudent.

Si 25 % des électeurs limougeauds décident de faire confiance à une liste "En Marche" au premier tour et 32 % à Lombertie, il est évident qu'il faudra peut-être réfléchir à des alliances et à des conditions. Si les scores ne sont pas tout à fait ceux-là, les coalitions se feront d'une manière différente.

Car les règles sont simples. Dans les villes de plus de 1 000 habitants,
  • une liste, qui obtient moins de 5 %  des suffrages exprimés ne peut se maintenir, ni fusionner avec une autre liste
  • une liste, qui obtient entre 5 et 10 % des suffrages exprimés, peut prétendre à fusionner avec une liste qui a fait plus de 10 %
  • un liste, qui obtient au-dessus de 10 % des suffrages exprimés, peut se maintenir. 
 

En dessous de 10 %, vous prenez ce qu'on vous donne, au-dessus de 10 % vous discutez... [G.Guérin]


Du côté de la gauche, à défaut de big bang, pour le moment c’est le big bazar. Depuis mars dernier, les réunions s’enchainent, trois à quatre par semaine, en présence d’Europe Ecologie les Verts, du PS, de la France Insoumise, de Place Publique ou encore de Génération S  mais aussi d’une kyrielle d’associations. L’objectif est de créer une dynamique face au sortant, avec une liste composée à 50% des représentants des partis et pour l’autre de ceux de la société civile.

Mais le problème c’est que les négociations pour une union des gauches trainent considérablement sur deux questions épineuses : le corpus du programme et la tête de liste.

Certains ont donc décidé de mettre fin à ses tergiversations, et de faire bande à part. La gauche commence à se diviser.

Ce mercredi 20 novembre 2019, sur les 11 mouvements de gauche qui se réunissaient depuis plus de six mois, 4 d’entre eux, Europe Ecologie Les Verts, Génération S, Place publique et Vivons limoges ont présenté une nouvelle charte mentionnant leurs valeurs et leurs ambitions communes. Une charte en faveur de l’écologie, pour l’humanisme et contre le productivisme. Cette charte serait-elle énonciatrice d’une future liste ?


Ce jeudi soir, a priori, ce sera la réunion de la dernière chance : une ou deux listes… Tout est possible :
  • dans le premier cas, ce serait un joli coup politique joué à gauche mais aussi une cible plus facile pour la droite.
  • dans le second cas, Europe Ecologie Les Verts pourrait partir avec, notamment, la France Insoumise et le PS avec les siens. Histoire de se compter avant le second tour en vue d’une probable fusion. A condition de faire au moins 5% des exprimés au premier tour… Dans un contexte politique radicalement différent de celui des municipales de 2014.

Enfin, l’extrême droite aura sa liste avec ou sans le label RN. Tout indique, en tout cas,  qu’elle sera au second tour.



 
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité