Glyphosate : un médecin limougeaud plaide pour le principe de précaution

Désherbage chimique avec du Glyphosate / © Christian Watier/Maxppp
Désherbage chimique avec du Glyphosate / © Christian Watier/Maxppp

Médecin généraliste à Limoges, Pierre-Michel Périnaud alerte sur les dangers des pesticides. Au sein d'un collectif de médecins libéraux de Nouvelle-Aquitaine, il demande à la France de ne pas voter le renouvellement d'autorisation du Glyphosate au sein de l'union européenne.

Par Louis Roussel

Ce 4 octobre 2017, la Commission Européenne doit prendre une décision sur l'utilisation du Glyphosate. Le renouvellement de la licence dans l'UE du glyphosate, l'un des herbicides les plus utilisés dans le monde, accusé de provoquer le cancer, fait l'objet d'une féroce bataille à Bruxelles avant que l'autorisation actuelle ne s'achève fin décembre. 

Les médecins dans la bataille


Ils sont nombreux à alerter sur la dangerosité des perturbateurs endocriniens. A la pointe de ce combat, le docteur limougeaud Pierre-Michel Périnaud, le président de l'association "Alerte des Médecins sur les Pesticides".

Avec l'Union Régionale des médecins libéraux de Nouvelle-Aquitaine (URPS ML NA), il demande à la France de ne pas voter le renouvellement d'autorisation du Glyphosate et appelle à la vigilance sur les perturbateurs endocriniens présumés.

En mai 2016, Pierre-Michel Périnaud Limougeaud réagissait à la prolongation de la licence dans l'UE du glyphosate : 
Glyphosate : le médecin Limougeaud qui demande son interdiction réagit à la prolongation de la Licence dans l'UE
La Commission européenne a annoncé mercredi la prolongation temporaire de la licence dans l'UE du glyphosate, herbicide aux effets sur la santé controversés. Réaction du Dr Pierre-Michel Périnaud, le président de l'association "Alerte des Medecins sur les Pesticides"  - France 3 limousin

Dans un communiqué, les médecins appellent à la vigilance sur les perturbateurs endocriniens présumés et demandent l'application du principe de précaution.

Avant le vote à Bruxelles, la France est un des seuls pays, avec l'Autriche, à avoir affiché publiquement sa position, en s'opposant à la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du produit.

Le gouvernement français a tout de même laissé une porte ouverte, en se disant ouvert à une période d'autorisation réduite, à cinq ou sept ans par exemple.

Mais au fait, c'est quoi au juste le Glyphosate ?


A lire aussi

Sur le même sujet

Foie gras : pas de hausse des importations en 2017

Près de chez vous

Les + Lus