Haute-Vienne : le syndicat CGT-cheminots déplore une dégradation des services aux usagers

La bulle « accueil » bientôt louée à Limoges métropole à des fins touristiques, le transfert de gestion des aléas à Bordeaux, de plus en plus de TER sans contrôleurs : pour le syndicat CGT cheminots de Haute-Vienne, les services aux usagers se dégradent. Explications.

La gare de Limoges ne remporte pas la demi-finale du concours de la plus belle gare de France 2020 face à celle de Saint-Brieuc.
La gare de Limoges ne remporte pas la demi-finale du concours de la plus belle gare de France 2020 face à celle de Saint-Brieuc. © T.Milon/France télévisions

En entrant dans le hall de la Gare de Limoges, quelque chose a changé ce jeudi 17 décembre 2020 : le point « accueil ». Il est fermé et pour cause, cette « bulle » devrait être prochainement louée à Limoges Métropole à des fins touristiques.

Désormais, le point d’information des voyageurs est situé au guichet, le même guichet où l’on retire ses billets de train. Ce changement suscite des réactions chez les usagers, "je ne trouve pas ça bien, ça supprime des postes et c’est moins commode". Du côté du syndicat CGT-cheminots, la colère gronde, "l'accueil va être décalé à un endroit moins visible avec des horaires de moins de deux heures par jour". Une annonce qui pourrait accentuer le nombre d'emplois supprimés, d'après le syndicat qui déplore une baisse des emplois de moitié depuis 20 ans, passant de 2000 à 1000 salariés et des transferts d'emplois de plus en plus nombreux vers Bordeaux.

Le syndicat CGT déplore une dégradation des services aux usagers de la SNCF ©France 3 Limousin

Des élus de gauche comme Thierry Miguel sont venus en soutien au syndicat ce jeudi 17 décembre, "la non-possibilité de venir en gare de Limoges pour acheter un billet de train à tarif réduit alors même qu'on peut l'acheter sur internet. Tout le monde n'a pas internet, il y a une fracture numérique et ça, c'est un vrai problème concret à régler".

Une "catastrophe organisationnelle"

Ce hic n'est pas le seul point dénoncé par la CGT-cheminots en Haute-Vienne. De plus en plus de trains sans contrôleurs, des guichets fermés et prochainement un transfert des aléas directement à Bordeaux...

La perte de responsabilité au niveau local inquiète le syndicat notammant sur la multiplication des suppressions de trains à venir "ce sont des suppressions de trains assuré avec un bus à la place dans le meilleur des cas ou un taxi. Quand il y a le matériel ou le contrôleur : tout cet impact peut supprimer plusieurs trains. On le voit déjà depuis que la matériel est géré par Bordeaux" constate Benoît Lematelot, secrétaire syndicat maîtrise et cadres CGT cheminots Limoges.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports tourisme