Le Koweit achète ses “Sherpas” à Limoges

Le Koweit achète ses "Sherpas" à Renault-Trucks Limoges
L'un des deux contrats signés ce mois-ci par Renault Trucks avec l'armée française et le Koweit devrait directement concerner le site de Limoges. Et rassurer ses 300 salariés, inquiets des conséquences de la vente par Volvo de ses activités de défense - France 3 Limousin

L'un des deux contrats signés ce mois-ci par Renault Trucks avec l'armée française et le Koweit devrait directement concerner le site de Limoges. Et rassurer ses 300 salariés, inquiets des conséquences de la vente par Volvo de ses activités de défense.

Par Louis Roussel avec AFP

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé le 8 décembre plus de 800 millions d'euros de commandes pour Renault Trucks Defense (RTD).

Si les 3700 véhicules légers commandés par l'armée française à Renault Truck ne concernent que le site nantais de Saint Nazaire, l'autre contrat de 300 Sherpa récemment signé par le Koweit impactera directement le site de Limoges. De quoi rassurer les 300 salariés de l'entreprise puisque c'est sur ses chaînes qu'est fabriqué ce puissant 4x4 blindé.

Selon des sources syndicales recueillis sur place, la production devrait attaquer en juin 2017. Sur le terrain de l'emploi pas d'embauches prévues mais l'interim devrait bénéficier de ces commandes.

RTD empoche les commandes avant sa cession par Volvo


Ces marchés tombent aussi à point nommé pour le constructeur que le numéro deux mondial des poids-lourds Volvo a décidé de mettre en vente en novembre, à la surprise des syndicats, avec le reste de ses activités de défense.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a averti que la mise en vente du constructeur par le suédois Volvo devrait préserver les intérêts français. "Vous pouvez être rassurés, RTD a un bel avenir devant lui !" a lancé le ministre lors d'une visite sur le site du groupe à Fourchambault (Nièvre). L'armée française va acheter 3.700 véhicules légers tout-terrain pour plus de 500 millions d'euros et le Koweït 300 véhicules lourds pour 270 millions d'euros, a-t-il détaillé sans donner les montants définitifs.

Le total des deux commandes dépasse les 800 millions d'euros, a-t-on précisé de source proche du dossier, une dote de taille pour un groupe dont le chiffre d'affaires annuel s'élève à environ 500 millions d'euros.






A lire aussi

Sur le même sujet

Fermeture des thermes de Saujon, les explications du directeur de l'établissement

Les + Lus