Ce dimanche, l’Aquarium du Limousin accueillait des nouveaux pensionnaires exotiques. Cinq « Polyptères du Nil », interceptés par les douanes belges pour défaut de document d’identité. Des animaux sauvés du trafic illégal grâce à l’activité du refuge limougeaud, le seul de ce type en France.

Ils peuvent désormais nager en paix. Dimanche 27 mars, cinq « Polyptères du Nil » ou « Polyptères bichir » ont pu rejoindre les bassins de l’Aquarium du Limousin. Ils font partie des 144 poissons de cette espèce saisis par les douaniers belges en mars 2019 alors qu’ils transitaient dans le port d’Anvers.

Partis d’Afrique de l’Ouest, la douane refuse de les laisser repartir vers l’Allemagne, car leurs documents administratifs ne sont pas en règle. Il s’agit certainement de poissons pêchés illégalement pour être revendu sur le marché noir en Europe. Un seul de ces spécimens vaut entre 200 et 250 €.

Ne pouvant accueillir tous ces rescapés, les autorités ont donc fait appel à la solidarité des aquariums européens. En France, le seul refuge pour poissons et tortues se trouve à Limoges. Le Covid ayant perturbé la logistique, c’est donc seulement ce week-end qu’un deuxième groupe de « Polyptères du Nil » est arrivé dans les bassins limougeauds, 4 premiers spécimens ayant déjà été accueillis il y a un an.

Des poissons préhistoriques

Une arrivée qui réjouit le directeur de l’Aquarium du Limousin. Car ces « Polyptères » ne sont pas des poissons comme les autres. Ces animaux sont issus de la Préhistoire. Ils disposent d’organes semblables à des poumons, des « sacs pulmonaires » qui leur permettent de respirer de l’air, presque comme les amphibiens.

Ils sont les témoins d’une transition entre la vie aquatique et la vie terrestre il y a plusieurs milliers d’années, explique David Brantôme, directeur de l’Aquarium du Limousin.

Cette espèce est très importante d’un point de vue pédagogique. C’est un fossile vivant tout droit sorti de la Préhistoire. Il témoigne du passage de la vie aquatique à la vie terrestre.

David Brantôme, Directeur de l'Aquarium du Limousin

Ces cinq petits nouveaux rejoignent la grande famille de « la réserve aux écailles », le refuge de l’Aquarium du Limousin. Cette structure, la seule de ce type en France, accueille les animaux aquatiques abandonnés par des particuliers ou après un décès ou une décision de justice. Au total près de 1 000 tortues et 5 000 poissons y auraient séjourné depuis sa création en 1993.

Si les confinements ont significativement réduit le nombre d’abandon, les chiffres repartent à la hausse depuis quelques temps affirme le directeur de l’Aquarium. Il le rappel « les animaux ne doivent pas être des effets de mode. Décider d’adopter implique de prendre ses responsabilités. »