Limoges : commémoration du 11 Novembre, en petit comité

Partout, cette journée de commémoration de la victoire et de la paix et d’hommage à tous les morts pour la France s'est tenue avec un dispositif allégé. Crise sanitaire et sécuritaire oblige. L'une de nos équipes a assisté à la cérémonie place Jourdan à Limoges.
 
Un seul porte-drapeau était présent pour cette cérémonie du 11 novembre 2020 à Limoges
Un seul porte-drapeau était présent pour cette cérémonie du 11 novembre 2020 à Limoges © Jean-Marie Arnal
Sept représentants officiels seulement pour commémorer ce jour de l'armistice du 11 novembre 1918. Michel Pasquier, président de l'amicale des porte-drapeaux de Limoges, est aujourd’hui bien seul, il regrette l'absence de ses camarades : "Tous ceux qui viennent témoigner du souvenir de nos anciens, qui étaient tous des jeunes d'ailleurs, on dit nos anciens mais ils avaient tous entre 20 et 30 ans. Ne pas pouvoir leur rendre un hommage à la hauteur de ce qu’ils ont fait, c’est triste."

Le contraste est fort avec les années passées, qui sensibilisent notamment les enfants à cette page de notre histoire. Bernard Lamour, ancien combattant, pilote de char pour les Forces Françaises Libres, tient à être présent à chaque commémoration depuis 75 ans. Il a cette année été refoulé : "ça me vexe d’être derrière les barrières oui. J’ai 96 ans, je suis un ancien des Forces Françaises Libres, on a participé au débarquement en 1945, onzième chasseur d’Afrique de Marrakech."
 
Cérémonie du 11 novembre, confinée


La commémoration n'a duré que quelques minutes, encadrée par les forces sentinelles. Ce 11 novembre 2020 a de fait une signification supplémentaire pour Emile-Roger Lombertie le maire de Limoges : "Je vois que tout le monde porte le masque, c’est bien, c’est une véritable union solidaire où l’ensemble des individus protègent les autres, c’est ça qui fait une société." 

"Comme c’est un moment qui est important pour nous tous, surtout au regard de notre pauvre ami qui est le seul à représenter tous les porte-drapeaux, je vais après à Saint-Sulpice-les-Feuilles faire la même cérémonie, dans une toute petite commune, en mémoire de ceux qui ont perdu leur vie pour nous." Conclut Seymour Morsy le préfet de la Haute-Vienne.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société histoire culture première guerre mondiale