Limoges : tensions politiques autour d'un projet de bus à 250 millions d’euros

Dans une lettre datée du 6 février 2023, le maire de Limoges fait état de ses nombreux doutes quant au projet de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), porté par la communauté urbaine de Limoges. Un vote doit intervenir le 2 mars sur ce sujet qui fait polémique

Le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) a été lancé en 2016. Gérard Vandenbroucke, qui était alors président (PS) de la communauté urbaine de Limoges s’est rendu à Montréal (Canada) et a décidé d’importer le concept.

Guillaume Guérin, actuel président (LR) de la communauté urbaine, a hérité d’un projet estimé entre 180 et 250 millions d’euros.

Deux lignes de bus traverseront Limoges du Nord au Sud, puis de l’Est à l’Ouest. L’objectif est de voyager plus rapidement et plus proprement dans l’agglomération. Selon le site internet de Limoges métropole, "le tracé total fera 22,5 km. Ce sera une liaison rapide et régulière entre les principaux pôles d’activité et d’emploi, la gare et le centre-ville de Limoges".

Une démission et une lettre

Au tout début du mois de février 2023, Gilles Bégout, vice-président de Limoges métropole chargé des transports, a fait savoir qu’il ne souhaitait plus gérer le dossier du BNHS, en raison "des retours en arrière incessants du maire de Limoges".
Dans un courrier qu’il a remis à Guillaume Guérin, il a ajouté que le comportement d’Emile Roger Lombertie suscitait beaucoup de stress et des risques psychosociaux chez les agents de Limoges Métropole.

C’est pour répondre à des propos qu’il estime "infamants et diffamatoires" qu’Emile Roger Lombertie a lui-même écrit à Guillaume Guérin. 

Un état des lieux inquiétant

Dans cette lettre que nous nous sommes procurée, le maire de Limoges exprime ses doutes sur le projet de BHNS.

Vouloir, pour plus de 250 millions d’euros, augmenter la vitesse commerciale d’1km/h et croire que l’on va doubler le nombre de passagers, est aujourd’hui, au vu de l’ensemble des transports en commun français, plus qu’improbable.

Emile Roger Lombertie, maire (LR) de Limoges

Lettre du 6 février 2023 à Guillaume Guérin.

Le premier édile de Limoges remarque également que "la place d’Aine a été définie comme lieu de croisement des deux lignes BNHS depuis le début".

Or, des d’études récentes ont démontré que la dalle de béton de cette place, sous laquelle se trouve un parking souterrain, n’est pas assez solide pour supporter un tel poids.

Les services de l’agglomération se sont rendu compte que le pont Neuf ne serait pas assez large pour permettre à deux bus de se croiser. Ils ont donc été décidé unilatéralement de mettre l’avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à sens unique. Emile Roger Lombertie s’y oppose formellement. Pour lui, il est impossible de bloquer un sens de circulation sur l’une des principales avenues entrantes de sa ville.

Enfin, d’autres problèmes tels que la création de trottoirs accessibles aux personnes handicapées ou l’abattage prévu de 260 arbres sont mis en avant dans cette lettre.

Que tout le monde prenne bien conscience que nous sommes en retard, malgré sept années de réflexion et d’études techniques, et que nous risquons de ne pas être dans les temps pour les dépôts de dossiers d’autorisation de travaux permettant d’utiliser les 16 millions de subventions.

Emile Roger Lombertie, maire (LR) de Limoges

Lettre du 6 février 2023 à Guillaume Guérin.

Réunion au sommet

Joint par téléphone, Guillaume Guérin, président (LR) de la communauté urbaine de Limoges, admet que "les pré-études de faisabilité ont été réalisées par l’intercommunalité qui a des moyens limités. D’autres sont à venir avec des cabinets spécialisés".

Il assure cependant que la convention de délégation de maîtrise d’ouvrage de la ville de Limoges à l’agglomération "sera votée sans aucun problème" le 2 mars prochain lors de la session plénière.

Selon lui, la ville de Limoges va donner carte blanche à l’agglomération pour la construction du BHNS, malgré les doutes exprimés par le maire.

Il est normal qu’un sujet de cette ampleur génère des interrogations. Emile Roger Lombertie était dans mon bureau hier. Nous en avons parlé longuement. Il n’y a aucune guerre entre nous.

Guillaume Guérin, président (LR) de Limoges métropole

Nous avons tenté de joindre Emile Roger Lombertie pour lui demander de confirmer ces propos. Il n’a pas répondu à nos sollicitations. Il nous a néanmoins fait savoir que "sans aucune réponse concrète pour régler les problèmes évoqués dans la lettre, la question du vote restera secondaire, puisqu'on ne vote un projet que s’il est mûr".

 Que vont faire les élus ?

Pour Gaston Chassain, maire (PS) de Feytiat, "le BHNS est un projet important qui doit faire avancer les communes limitrophes de l’agglomération. Mais pour cela, il faut l’unanimité des élus".

Quant à Thierry Miguel, chef de l’opposition (PS) à la mairie de Limoges, et conseiller communautaire, il explique qu'on "ne peut se permettre de revenir en arrière et rembourser les sommes qui nous ont déjà été attribuées. Cela mettrait à mal le budget de l’agglomération. Mais je constate qu’il y a un problème de cap au sein de l’agglomération, et un décalage entre la volonté du maire et celle de Guillaume Guérin. Il faut repenser la gouvernance."

La prochaine session plénière de Limoges métropole promet d'être animée.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité