Météo pourrie en Limousin : attention à la dépression

Dans deux mois, le printemps... / © AltoPress / Maxppp
Dans deux mois, le printemps... / © AltoPress / Maxppp

Jours qui raccourcissent, manque de lumière… C’est un sujet de conversation tous les matins devant la machine à café, mais aussi la source d’une véritable maladie : la dépression saisonnière. Le psychiatre Eric Charles était hier soir l’invité de "Questions de santé".

Par FC

La journée d’hier était le "Blue Monday", la journée la plus déprimante de l’année selon un psychologue anglais qui pense que la météo hivernale, les dettes accumulées, la fin du temps des fêtes, ou encore le non-respect des résolutions rendent ce 3ème lundi de janvier plus démoralisant que tous les autres.


Tristesse, idées noires


Mais peut-on lutter ? Est-ce juste un coup de blues ou une véritable dépression ?

Au centre hospitalier Esquirol de Limoges, un important travail est réalisé sur ce sujet qui n’est pas anodin et qui peut avoir des conséquences.
Les symptômes : tristesse, idées noires, besoin de sommeil plus important, appétit qui augmente.


Luminothérapie


Pour lutter, le Dr Eric Charles, psychiatre au centre hospitalier Esquirol de Limoges, préconise la luminothérapie, qui est selon lui beaucoup plus efficace que les antidépresseurs.
Il s’agit de cures de plusieurs jours, quelques minutes devant une lampe spéciale.

En effet, la dépression saisonnière est due à une modification dans la fabrication de mélatonine, une neuro-hormone qui nous synchronise avec le monde extérieur. La présence intense de lumière à heure fixe permet de resynchroniser le corps avec son environnement.
En cas de doute, il ne faut pas hésiter à consulter, car pour être efficace, la luminothérapie doit-être bien utilisée.

Patience, le printemps, c’est dans deux mois…

 

Sur le même sujet

Châtellerault : garde à vue prolongée pour la mère après la mort de sa fille d’un mois et demi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés