Nouveauté à Limoges : une formation à l'archéologie sous-marine

Publié le Mis à jour le

Sept plongeurs, licenciés de clubs hauts-viennois, se forment pour participer en juin aux fouilles dans la Vienne, qui doivent tenter de mettre au jour les vestiges de l'ancêtre gallo-romain du pont Saint-Martial.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

La toute première séance de cette nouvelle formation s'est déroulée ce samedi 19 mars, non pas directement en rivière, mais à la piscine de Beaublanc, dont le fond a été recouvert pour l'occasion d'une reconstitution d'épave romaine.

Les sept stagiaires, tous plongeurs amateurs dans différents clubs de la Haute-Vienne, ont été initiés aux rudiments de l'archéologie subaquatique.
"Ce sont tous des plongeurs déjà aguerris, qui plongent énormément, par passion. Mais on va aussi leur faire découvrir ce qu'est le mobilier archéologique. On a tendance à croire que ce sont surtout des monnaies, en or etc... Sauf que le moindre tesson de céramique est très important d'un point de vue archéologique", explique Jonathan Letuppe, archéologue.

Un nouveau domaine de compétence

La formation est mise en place par le comité départemental de Haute-Vienne de la FFESSM (Fédération française d'études et sports sous-marin). "Notre fédération a plusieurs domaines d'expertises : le sport de haut niveau, bien sûr - et notamment en Haute-Vienne, la nage avec palme et l'apnée - mais elle aussi compétente dans les domaines biologie-environnement, juridique, et donc désormais l'archéologie", explique Aurélien Lazeiras, le président du comité départemental.

Des fouilles inédites

L'objectif de cette formation : permettre aux plongeurs de participer en juin prochain au tout premier chantier de fouilles dans la Vienne, sous le pont Saint-Martial à Limoges. "Le lit de la Vienne n'a jamais fait l'objet de fouilles, et selon les archéologues, on est sûr de trouver quelque chose d'intéressant d'un point de vue archéologique", s'enthousiasme Aurélien Lazeiras.

"A l'époque, les rivières étaient un peu considérées comme des poubelles. Et nous, c'est ce qu'on cherche, les poubelles ! Donc on risque de trouver, par exemple, des émaux intéressants", renchérit Fabien Loubignac, l'autre archéologue chargé de cette mission. 

Une véritable enquête sous-marine

Dans leur mission, les plongeurs seront aidés d'un sonar, et d'un drone sous-marin téléguidé. Il faudra en effet être capable de repérer et reconnaître les objets intéressants à travers une épaisse couche de vase.

Pour les plongeurs amateurs, comme Olivier Dubos, passionné d'Histoire, participer à ce chantier de fouilles est une véritable aventure : "Je connais bien Limoges en surface. L'idée d'aller voir Limoges sous l'eau, c'est une expérience à ne pas rater".

Le chantier de fouilles débutera le 13 juin prochain. A noter que le public pourra y assister lors des journées européennes de l'archéologie les 17, 18 et 19 juin.

En décembre 2021, les deux archéologues avaient procédé à une première exploration sous-marine de la Vienne, à hauteur du pont Saint-Martial. Voici le reportage que nous avions réalisé à l'époque.