Piquet de grève chez Mongin à Isle

Publié le Mis à jour le

La grève a débuté mercredi 29 juin 2022 pour les salariés de l'entreprise Mongin à Isle (Haute-Vienne). Ils réclament une revalorisation salariale. Les négociations avec la direction n'avancent pas.

Chez Mongin à Isle, entreprise spécialisée dans la fabrication d'outils tranchants, 15 des 26 ouvriers de la production sont en grève pour obtenir une augmentation de salaire.

C'est la première fois, depuis la création de cette société familiale, il y a plus de 200 ans, que les salariés débrayent.

Ils demandent  200 euros de plus par mois et une revalorisation annuelle de 2% de leur salaire. Une revalorisation annuelle qui a toujours existé du temps de l'ancienne direction, elle était alors d'1,5%. "Avec l'inflation galopante nous demandons 2%. Cette revalorisation annuelle, elle a disparu il y a 8 ans, avec l'arrivée de la nouvelle patronne," explique Hervé Cézac, délégué suppléant du personnel. 

Après avoir tenté de négocier avec la direction, ils ont entamé ce mouvement de grève, comme l'expliquait vendredi Gérald Laven, délégué du personnel CGT : "On a durci le mouvement en sortant en espérant se faire un peu plus entendre, mais nous n'avons toujours aucune réponse. Elle a des arguments comme quoi la société ne gagnerait pas assez, serait en difficulté, mais on a des carnets de commande qui sont pleins. On ne comprend pas pourquoi elle ne veut pas entendre nos revendications. Les gens veulent gagner plus d’argent, et veulent vivre dignement de leur salaire. On n'y arrive plus par rapport à la conjoncture actuelle bien sûr, on ne peut plus subvenir à nos besoins."

Dans un communiqué la direction indique que l'entreprise subit la hausse des matières premières et des énergies : "A titre d’exemple, certaines de nos matières premières ont augmenté de 40% ; nos dépenses d’électricité ont augmenté sur 5 mois de 52%. La hausse des prix de vente que certains clients acceptent, mais que d’autres refusent."

Des chiffres contestés

Dans son communiqué Julia Mongin, la patronne, précise également avoir déjà octroyé des hausses de salaires : "Les augmentations des salariés d’atelier (hors encadrement) représentent, depuis le début de l’année 2022 une hausse de 4% ; en 2021, les augmentations avaient également représenté 4%.
Le salaire moyen du personnel d’atelier s’élève à 2399€ brut mensuel. Le personnel bénéficie en outre de tickets restaurant, prime sur chiffre d’affaires, chèque vacances, chèque cadeaux Noël, prime de présentéisme, qui représentent chaque année pour chaque salarié un bonus de plus de 1000 euros."

"Dans les augmentations annoncées par la direction il y a la hausse du SMIC décidé par l'Etat [Une hausse du SMIC de +5,9% sur un an ndlr]. D'autre part, la direction nous a annoncé une hausse du chiffre d'affaires de la société de 140 000 euros pour l'année écoulée, une autre source nous avance que cette augmentation est même de 350 000 euros. Mais de tout façon, nous ne pouvons pas vérifier car la direction refuse de nous communiquer le bilan comptable de la société," conteste Hervé Cézac.

Les salariés en grève déplorent l'absence de dialogue avec leur direction et se disent prêts à poursuivre leur mouvement.