Près de 500 étudiants placés à l'isolement suite à des cas de Covid-19 au sein de l'université de Limoges

Plusieurs étudiants de l'université de Limoges ont été testés positifs au Covid-19. Dès lundi, des mesures de précaution ont été prises : les cas positifs et contacts ont été mis l'isolement et les cours se font à distance. L'école d'ingénieurs ENSIL-ENSCI compte 7 cas positifs et 40 cas contacts.
Sur une promotion de 67 élèves, 7 ont été testés positifs au Covid-19 à l'école d'ingénieurs ENSIL-ENSCI de Limoges. Au sein de ce nouveau foyer de contamination, 40 cas sont contacts et attendent actuellement les résultats des tests. Les 20 élèves restants doivent également se soumettre à un isolement à domicile pour suivre les cours.

En effet, depuis une cellule de crise ouverte ce lundi, l'école d'ingénieurs de Limoges a fait le choix d'enseigner les cours à distance pour cette promotion. Une semaine placée sous le signe de l'adaption : les activités pédagogiques sous forme de travaux pratiques à l'université sont exceptionnellement annulées.

Au micro de France 3 Limousin, le Directeur de l'ENSIL ENSCI, Patrick Leprat rapportait les explications de l'ARS concernant l'origine de ces cas de Covid-19, "après une enquête sur les activités menées par ces jeunes au cours des dernières semaines, il s'avère que ces jeunes avaient des activités sportives de prévues. Des séances de sport seraient responsables".

A l'ENSIL-ENSCI sur les 800 autres élèves, aucun cas de Covid-19 n'a été détecté. Si le virus devait réapparaitre sur les bancs de l'école, pour Patrick Leprat, la marche à suivre est évidente, "le plan B sera le même que celui que nous avons mis en place pour la classe préparatoire de 1ere année. Nous les mettrons en confinement et nous ferons en sorte d'assurer les cours à distance." Dans cette école, la nouvelle circule, les étudiants sont surtout inquiets concernant les travaux pratiques qui rythment une bonne partie de leur formation. C'est le cas de Louise, en 4e année, "je suis en spécialité eau et environnement, pour les TP tout est remis en cause, on a peur de perdre tout ce qui touche au pratique et au concret".

Pour autant, les étudiants s'attendent à une gestion efficace de la crise sanitaire sur le campus, comme l'explique Kayhan, en 4e année, "respecter les gestes barrières, le port du masque, les distanciations, dans tous les cas on fait au mieux. Certains cours magistraux peuvent être enseignés à distance. L'idéal c'est de trouver un équilibre entre les cours maintenus ici et les cours à distance."

"S'adapter et faire au cas par cas" à l'université de Médecine et de Pharmacie de Limoges

Une quinzaine de cas positifs ont été détectés à la Faculté de médecine et de pharmacie depuis le 1er septembre. Pour gérer la crise sanitaire, environ 450 élèves toutes formations confondues ont été placés à l'isolement.

Deux promotions de Pharmacie ont été mises en quarantaine, pour une durée de sept jours (les deuxièmes et troisièmes année).

Pour le doyen de la Faculté de Pharmacie de Limoges, Bertrand Courtioux, il s'agit de limiter au maximum la propagation du virus dans l'enceinte de l'établissement, "nous allons gérer cette situation au jour le jour et au cas par cas. La décision que nous avons prise pour ces promotions est ponctuelle. Nous voulons absolument éviter un nouveau confinement et une fermeture de la faculté". Les raisons de la propagation du virus sont encore floues, pour Bertrand Courtioux, elles sont dûes à des rencontres extrascolaires entre étudiants, "nos week-end d'intégration sont annulés mais nous ne pouvons pas contrôler la vie des étudiants en dehors de l'université".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société université éducation