Mais qui donc éparpille des clous de tapissiers sur les bords de Vienne ? Si le phénomène n'est pas nouveau, il représente un véritable fléau pour les cyclistes limougeauds qui empruntent ces berges avec la mauvaise surprise de repartir souvent à plat. Ces dernières semaines, les réparateurs de vélos et les usagers constatent une recrudescence des crevaisons.

Les bords de Vienne, qui s’y frotte, s’y pique. Depuis quelques années, les utilisateurs de la "petite reine" qui circulent sur ces pistes de Limoges finissent régulièrement avec un, voire deux pneus crevés. Le coupable : des clous de tapissier. Un véritable fléau auquel on peut difficilement échapper.

Au bout de quelques minutes, les premiers cyclistes témoignent. "Je pense que ça date de mercredi dernier, je suis passé par là et je pense que j’ai pris un clou et ça s’est dégonflé à mesure du temps", confie Jean-Louis Nardou, membre de l’école de VTT de Panazol.

Un phénomène qui se confirme chez les réparateurs de vélos. Philippe en a été victime tout récemment…pour la dixième fois. "C’est souvent du côté Pont Guingouin ou du côté de la casse. C’est surtout le soir quand je rentre du travail, c’est assez récurrent."

Une rivalité piétons/cyclistes ?

Au siège de l’association Véli-vélo, plusieurs membres se sont également retrouvés à plat. "C’est désolant que nous en soyons à cette petite guéguerre entre piétons et vélos. Nous devrions avoir les mêmes intérêts. Limoges, c’est une ville où il n’y a pas beaucoup de place pour les deux et le résultat c’est qu’on se mène une guerre, car on n’est pas capable de faire au vélo la place qu’il devrait avoir" avance Jérôme Fraysse, vice-président de l’association Véli-Vélo. 

Ce qu’on souhaiterait, c’est qu’il y ait plus d’aménagements cyclables, il faudrait prendre plus d’espace aux automobilistes que d’espace aux piétons.

Jérôme Fraysse

vice-président Véli-Vélo

Et même si ces crevaisons à répétition ne datent pas d’hier, les cas se sont effectivement multipliés ces derniers jours.  "Depuis la semaine dernière, nous en avons eu tous les jours, plusieurs fois par jour. Il y a même un vélo qui est revenu tous les jours. On retrouve deux ou trois clous de tapissier par vélo, sans problème" confie Benjamin Grampeix, co-fondateur de la Cyclisterie.

Se remettre en selle

Difficile de ne pas perdre les pédales, mais pour alléger ces ennuis, il existe bel et bien des solutions. La première, c’est d’abord d’avoir une trousse sur soi avec une pompe pour opérer quelques rustines au moment de la crevaison. Il est également possible d’anticiper une telle situation. "C’est possible de mettre du liquide préventif dans les chambres à air et dès que nous avons une crevaison, on ne s’en rend même pas compte. Le liquide vient colmater la brèche, tout simplement." explique Grégory Mondot, gérant du magasin Vélo Concept 87. Après démonstration, l’astuce est validée.

durée de la vidéo : 00h01mn44s
Mais qui donc éparpillent des clous de tapissiers sur les bords de Vienne ? Si le phénomène n'est pas nouveau, il représente un véritable fléau pour les cyclistes limougeauds qui empruntent ces berges avec la mauvaise surprise de repartir souvent à plat. Ces dernières semaines les réparateurs de vélos et les usagers constatent une recrudescence. ©Martial Codet-Boisse - Rémi Carton - France Télévisions

Ces actes malveillants sont confirmés par la Police de Limoges. Des pièges anti-cyclistes pour lesquels les auteurs encourent des poursuites pour mise en danger de la vie d'autrui, destruction et dégradation.

Alors prudence, si l'envie vous prend d’emprunter les berges de la Vienne lors de votre passage dans la cité porcelainière.