Soldes : à Limoges, des bouchons sur l'A20 et un premier samedi en demi-teinte

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lauryane Arzel avec Sébastien Laporte

Le bilan est mitigé pour ce premier samedi des soldes. Malgré des rabais importants, les commerçants n'ont pas vu arriver la foule espérée. Au Nord de Limoges (Haute-Vienne) notamment, où la déviation de l'A20 a des conséquences importantes sur l'activité commerciale. Le tout dans un contexte économique déjà très tendu.

Depuis mercredi, l'autoroute A20 est bloquée au niveau de Limoges (Haute-Vienne). L' incident technique qui a coïncidé avec le début des soldes et dont les conséquences se font encore sentir ce samedi. Lors de ce premier samedi des soldes, la fréquentation n'était pas aussi élevée qu'espéré dans les différentes enseignes du Family Village de Limoges.

Les bouchons sur l'A20 freinent la fréquentation

A l'origine de cette baisse de fréquentation, les commerçants de ce centre - situé au Nord de Limoges - pointent notamment la déviation de l'autoroute A20. "Les clients se plaignent de passer beaucoup de temps dans les bouchons et ça les freine dans leurs achats", souligne Patricia Gadreau, vendeuse au magasin Ambiance et Styles. "L’accès est très compliqué et forcément, ça impacte l’arrivée des clients." 

Muriel Feuillard, la directrice du magasin La Halle, constate que la baisse des embouteillages a permis de faciliter le retour des clients, avec un effet de rattrapage : "Les clients n’ont pas pu être là cette semaine, donc ils sont là ce samedi."

Des rabais déjà importants 

Les rabais pratiqués dans cette enseigne atteignent déjà 70 %, avec une remise supplémentaire de 10 % pour ce début des soldes. Une stratégie répandue dans les boutiques, mais qui ne convainc pas encore les clients rencontrés ce samedi matin. À cause du problème du pouvoir d'achat,  rares sont ceux qui peuvent déambuler dans les rayons pour véritablement profiter des soldes. "On ne fait pas les soldes, on préfère conserver notre budget pour les vacances, on part la semaine prochaine", explique cette cliente. Cette autre cliente, quant à elle, attend de voir "ce que le gouvernement propose, si on a des aides ou pas. Au final, ce n’est pas assez intéressant par rapport aux autres années, et en plus avec l’essence, les courses... On s’en tient au strict minimum."

De quoi déconcerter certains commerçants, comme Sébastien Pons, directeur du magasin Intersport : "Ce matin, il y avait deux clients devant le magasin à l’ouverture. Ils étaient la semaine dernière. Ça aurait dû être l’inverse." 

Ce matin, il n'y avait que deux clients à l'ouverture.

Sébastien Pons, directeur du magasin Intersport du Family Village

"On n'avait pas forcément besoin que les problèmes de circulation s'ajoutent au reste", soupire Léonard Bretaudeau, conseiller-concepteur au sein d’Ecocuisine. "On est dans un lancement plutôt compliqué, parce qu’on sort de la période électorale. On a eu plein d’imprévus au niveau des matériaux et acheminements." Ecocuisine propose des produits d'un prix allant de 1 000 à 30 000 euros. Un coût prohibitif pour les acheteurs qui "ont du mal à se lancer sur des projets de long terme, sur dix ou vingt ans, sur des achats de luxe." Les soldes d'été s'achèvent le 19 juillet 2022.