Théâtre de l’Union à Limoges : Jean Lambert-wild suspendu de l’Académie, une plainte pour harcèlement moral envisagée

On apprend ce lundi 19 octobre que Jean Lambert-wild a été suspendu de ses fonctions de directeur de l’académie. Par la voix de leur avocat, les salariés demandent son départ sous peine de poursuites pour harcèlement moral.
 
Nouvel épisode dans le conflit qui oppose les salariés du Théâtre de l’Union à Limoges et leur directeur Jean Lambert-wild.

Les salariés ont fait appel à un avocat de Limoges, Richard Doudet, qu’ils ont rencontré ce matin.
Il annonce la suspension de Jean-Lambert-wild de ses fonctions de directeur de l’Académie de l’Union, l’école de théâtre adossée au Centre Dramatique National.

Selon Richard Doudet, "Le personnel a été informé que jeudi dernier le Conseil d'Administration de l’Académie a suspendu de ses fonctions de directeur de l’académie à la lumière du rapport du ministère de la culture."

L’avocat fait référence à un rapport de l’inspectrice du ministère de la Culture Annabel Poincheval, rédigé en mars dernier, qui pointe du doigt la "perte de confiance de l’équipe envers la direction", des "situations de travail générant des tensions", des "comportements, propos manifestement déplacés de la direction envers les employés".
Concernant l'Académie, le rapport souligne une "attitude autoritaire, sans écoute et autocentrée" vis à vis des élèves.
 

Deuxième information : les salariés attendent maintenant la démission pure et simple de Jean Lambert-wild de ses fonctions de directeur du Centre Dramatique National. S’il ne le fait pas, l’avocat promet des suites judiciaires :

"Très clairement, la qualification, c’est harcèlement moral au travail et manquement à l’obligation de sécurité. Monsieur Jean Lambert-wild a déclaré qu’il tombait des nues au moment de l’intervention des salariés lors d’une représentation théâtrale, alors que nous avons la preuve qu’il a été très largement informé d’une véritable souffrance au travail et qu’il n’a rien mis en place pour mettre un terme à cette souffrance."
 
Jean Lambert-wild n'a pas souhaité s'exprimer. 
Son deuxième mandat à la tête du Théâtre de l’Union doit en principe s’achever fin décembre 2021.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture mouvement social économie social