• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Weston : le comble du luxe made in Limoges

Les chaussures de Tino Rossi et André Malraux / © Franck Petit
Les chaussures de Tino Rossi et André Malraux / © Franck Petit

Weston est la chaussure préférée des grands de ce monde. La marque est née de la passion d’un étrange personnage pour son métier. L’héritage d’Eugène Blanchard est encore bien vivant.
 

Par Franck Petit

L’histoire débute en 1891, quand Eugène Blanchard rachète les parts de ses associés Brunet et Cailloix. A l’époque, les fabriquant de chaussures sont nombreux à Limoges. 
 
Au début du 20ème siècle, la maison Blanchart est confrontée à l’agitation ouvrière qui trouble alors la vie industrielle Limougeaude. Le fils du fondateur, Eugène, déroge à la mauvaise image du patronat limousin réputé « ne posséder qu’un niveau de formation élémentaire » (1). Il part se former aux États Unis qui est alors la Mecque de l’industrie de la chaussure.
 

Weston

En 1924, Eugène Blanchart prend la succession de son père. Il décide de transformer radicalement l’entreprise. Il se spécialise dans la chaussure de luxe, mettant en pratique ce qu’il a appris durant ses années de formation.

Il passe d’une production de 600 à 60 paires par jours. Toutes ses chaussures sont fabriquées à la main, avec parfois 150 à 200 étapes.

Et puisqu’il considère que les détaillants à qui il vend sa production sont trop souvent de mauvais payeurs, Eugène Blanchart décide de créer ses propres magasins. Une première boutique ouvre dans les années 20 rue de Courcelles à Paris.
 
La 1ère boutique Weston a ouvert en 1921 / © Weston
La 1ère boutique Weston a ouvert en 1921 / © Weston

La mort d’Eugène

Le chef d’entreprise disparaît précocement en 1956 sans descendance. Personne ne veut reprendre Weston à Limoges, pensant que l’affaire est trop compliquée. C’est un chausseur de Romans, la capitale de la chaussure, qui accepte de tout racheter.

Le groupe Fenestrier engage André Valade pour diriger l’usine. C’est ce dernier qui développe les fameux mocassins, qui sont devenus l’un des objets les plus emblématiques du 20ème siècle. 

Grâce au mocassin, la production est de nouveau passée à 600 paires par jour. Malgré tout, le produit a eu tellement de succès qu’on était jamais sur de l’obtenir en rentrant dans une boutique. Ce phénomène de manque n’a fait qu’amplifier la réputation de la marque. 
 

Des valeurs fortes

Weston appartient aujourd’hui au groupe EPI, spécialisé dans le savoir faire français. Les actuels dirigeants continuent à respecter les valeurs de l’entreprise, comme la qualité et l’excellence des matières premières.

Le réseau de boutique continue à s’étendre dans le monde entier. La dernière en date a ouvert il y a quelques semaines à Tokyo.
 

(1) extrait de la thèse de Muriel Rousseau sur les chausseurs Limousin.

Sur le même sujet

L'affluence record du Parc'Ours en vallée d'Aspe qui attire les skieurs en manque de neige

Les + Lus