Pendant l'été 2016, à Séoul, le metteur en scène et directeur du théâtre de l'Union Jean Lambert-wild, a adapté, avec Lorenzo Malaguerra, la pièce du dramaturge français Bernard-Marie Koltès "Roberto Zucco".

Le tueur de la pleine lune


En 1988, Bernard-Marie Koltès écrit sa dernière pièce "Roberto Zucco". Pour son anti-héros, l'homme de théâtre s'est inspiré du parcours du tueur en série Roberto Succo en Italie, France et Suisse à la fin des années 80.

Surnommé le tueur de la pleine lune, Succo le fou où l'homme au treillis, Roberto Succo assassina sa mère, son père, deux policiers, un médecin et une femme avant d'être arrêté en février 1988. Il se suicidera dans sa cellule, échappant ainsi aux procès. 

 

 

Le tueur italien Roberto Succo / © MaxPPP/Nice Matin
Le tueur italien Roberto Succo / © MaxPPP/Nice Matin

 

Roberto Zucco au théâtre


Lorsque la pièce de Bernard-Marie Koltès est jouée pour la première fois en 1989, l'appropriation du faits divers sanglant par le dramaturge fit scandale.

En 2001, le réalisateur français Cédric Kahn raconta l'histoire du tueur en série au cinéma, la pièce, elle, fut souvent adaptée au théâtre.

Roberto Zucco jouée pour la première fois à Séoul
Roberto Zucco jouée pour la première fois à Séoul

 

Zucco en coréen


Le metteur en scène et directeur du théâtre de l'Union à Limoges Jean Lambert-wild et le directeur du théâtre suisse du Crochetan Lorenzo Malaguerra ont été invités par la compagnie Nationale de Théâtre de Corée (NTCK) pour mettre en scène la pièce de Koltès en coréen.

De longues séances de travail pour retraduire le texte, imaginer, créer les décors, la scénographie, surmonter les écueils et deux mois pour diriger les comédiens de la troupe de Séoul.

In fine, une mise en scène très réussie qui reflète la noirceur de ce héros négatif, un jeu très enlevé, dynamique, des moments d'humour pour brutalement retomber dans l'inéluctable spirale de violence de Roberto Zucco, scellant son destin dans un soleil rouge sang.

Le 16 octobre 2016, une délégation de Limoges est venue à Séoul pour assister à la dernière représentation de la pièce au Myong-Dong Theater. Roberto Zucco sera rejouée en Corée et dans les mois à venir au théâtre de l'Union à Limoges, puis en France et en Europe

Pièce Roberto Zucco à Séoul
Equipe : Martial Codet-Boisse, Matthieu Dégremont - France 3

 

Porcelaine de l'artiste céramiste coréenne Sohyoung Park
Porcelaine de l'artiste céramiste coréenne Sohyoung Park

La porcelaine de Limoges au théâtre
 

Pour sa pièce Richard III, Jean-Lambert-wild avait fait confectionner une armure en porcelaine de Limoges, le voyage à Séoul fut également l'occasion de poser la 1ère pierre d'une fondation ayant pour but de développer les arts céramiques entre artistes, industriels français et coréens.

La délégation limougeaude a rencontré des artistes céramistes coréens lors de son voyage à Séoul
La délégation limougeaude a rencontré des artistes céramistes coréens lors de son voyage à Séoul
La délégation de Limoges constituée de Mathieu Bussereau, président du collectif "Esprit Porcelaine", de Daniel Betoule, directeur des "Porcelaines de La Fabrique" et de Jean-Lambert-wild, a rencontré 5 artistes coréens lors du séjour à Séoul. 

Une démarche d'échanges entre les deux pays soutenue par l'Ambassadeur de France en Corée, M. Fabien Pénone, alors que les deux pays fêtent cette année leurs 130 années de relations diplomatiques, au pays du matin calme, au savoir-faire ancestral où les premières traces de céramique datent de la préhistoire.
Création d'une fondation sur les arts de la porcelaine à Séoul
Artistes et industriels se sont rencontrés lors d'un voyage à Séoul afin de développer les arts porcelainiers entre la Corée et Limoges - Equipe : Martial Codet-Boisse, Matthieu Dégremont - France 3


Carnet de bord

Ce contenu n'est plus disponible