Limousin : un mois de mai catastrophique pour la ressource en eau

Publié le
Écrit par Nicolas Chigot

Deux arrêtés de vigilance et Creuse et en Haute-Vienne. Une situation qui peut se tendre rapidement en Corrèze. Ce mois de mai caniculaire s'ajoute à un hiver peu pluvieux. Il faut s'attendre à des restrictions dans les prochaines semaines.

C'est (encore) du jamais vu. Les records ont (encore) été battus. Le dérèglement du climat se poursuit. En Haute-Vienne, 10 millimètres de précipitations en mai. Il en tombe 100, une année normale. Mais verra-t-on encore une année normale ? 

Les pluies des derniers jours ont un peu atténué le problème. Mais pour combien de temps ? 

"Le problème, c'est que tout cela est devenu très aléatoire. Il ne devrait plus y avoir de pluie en mai. En aura-t-on en juin ?" Eric Hulot chef du service environnement eaux et forêts à la DTT ne sait plus à quel saint se vouer. 

"L'hiver sec nous fait aborder l'été avec des seuils déjà très bas que ce soit pour les cours d'eau ou pour les eaux souterraines. Avec 30% de pluie en moins, la recharge hivernale n'a clairement pas été suffisante". 

Le département est depuis le 17 mai sous le coup d'un arrêté de vigilance. Les citoyens sont priés de faire preuve de modération dans leurs usages de l'eau. 

La prochaine réunion du comité de suivi de la ressource en eau est organisée le 31 mai. L'arrêté de crise qui limiterai certains usages est dores et déjà envisagé. 

Même chose en Creuse. L'arrêté de vigilance a été pris le 12 mai. Le prochain comité est pour le 20 juin mais une réunion de crise pourrait être organisée rapidement si la situation ne s'améliore pas. 

"On sait déjà que ça va empirer. Le niveau de la Tardes est déjà historiquement bas pour la saison. Elle est à 3% du débit normal. La Gartempe est à 32%" explique Pierre Schwartz, directeur de la DTT en Creuse.

En 2018, la Tardes avait purement et simplement disparu du paysage. La Gartempe alimente pour partie la ville de Guéret. La faiblesse de son débit avait plongé la ville dans une crise sans précédent en 2019.

Les températures élevées ont asséché encore plus des rivières déjà en mauvais état. 

"Les seuils d'alerte ne sont pas encore atteints. Tout dépend des pluies. Le débit de la Gartempe est repassé de 0,41 à 0,44 mètres cubes par seconde grâce aux pluies des derniers jours. Mais on ne peut rien prévoir" explique Pierre Schwartz.

Par rapport aux autres années, le phénomène ne touche pas que l'est du département. Même la petite Creuse n'affiche que 9% de son débit habituel. 

La Corrèze est le seul département à ne pas avoir pris d'arrêté de vigilance. Pas de quoi se réjouir non plus. La préfecture surveille le niveau des cours d'eau comme le lait sur le feu. La menace est permanente, la vigilance extrême, notamment sur le plateau bortois. Le prochain comité de suivi est prévu le 13 juin.