Témoignage sur la Dépakine : "C'est Sanofi qui doit payer"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Abalo
durée de la vidéo: 01 min 32
Dépakine : pour cette famille, le chemin est encore long

Marisol Tourraine la ministre de la Santé a annoncé ce mercredi 24 août  2016, la création d'un dispositif d'indemnisation pour les victimes de la Dépakine. Une bonne nouvelle pour les familles mais pour certaines, ce n'est pas à l'Etat de payer mais bien au laboratoire Sanofi.

Axel a 18 ans et vit à Saint-Brice-sur-Vienne (87). En 2015, sa mère apprend que le handicap de son fils est lié à la prise de Dépakine pendant la grossesse. Le 24 août 2016, le Ministère de la Santé a reconnu qu'entre 2007 et 2014, ce sont plus de 14 000 femmes qui ont été exposées à cet antiépileptique qui contient du valproate de sodium, pourtant déconseillé aux femmes enceintes en raison d'un risque élevé de malformations congénitales, d'autisme, de retards intellectuels et/ou de la marche.

Marisol Touraine a annoncé qu'un dispositif d'indemnisation de victimes,  qui devrait être voté au Parlement d'ici à la fin de l'année mais pour Maryline Bournazaud, la maman d'Axel, ce n'est pas à l'Etat de payer.

Il faudra que l'Etat se retourne contre Sanofi,  c'est à Sanofi de payer."


Le docteur Pascal Michon, directeur médical et porte-parole de Sanofi, laboratoire qui fabrique la Dépakine, a assuré mercredi sur France Info, que toutes "les informations  écessaires" ont été données "aux autorités de santé."

Interviennent dans le reportage : 
  • Vincent Bournazaud, père d'Axel
  • Maryline Bournazaud, mère d'Axel
  • Maître Joseph-Oudin, avocat des victimes de la Dépakine