Véhicules de loisirs : porté par l'envolée du tourisme nomade, le succès de l'entreprise Scopéma se confirme en 2022

La société coopérative Scopéma à Oradour-sur-Vayres ne cesse de croître et va s'agrandir en 2022. Spécialisée dans la fabrication de banquettes de camping-cars et fourgons, elle profite de l'envolée du tourisme nomade lié à la pandémie.

L'année 2022 s'annonce à nouveau pleine de succès pour l'entreprise Scopéma à Oradour sur Vayres, en Haute-Vienne. Cette SCOP (Société Coopérative et Participative) voit son chiffre d'affaires doubler tous les 4 ans. En pleine expansion, elle est portée par l'envolée du marché du tourisme nomade, plébiscité comme jamais depuis la pandémie avec des ventes de camping-cars qui ont bondi de 29% depuis 2020

On fait 15 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année et on sait déjà ce qu’on a rentré en commandes pour l’année prochaine. On refuse des clients, on met des quotas aux clients les plus importants donc il faut qu’on puisse rapidement doubler la capacité de production.

Gilles Ribette, gérant de SCOPEMA

De nouveaux locaux pour 2022

Créée par 6 salariés sous forme de société coopérative en 1981 après le dépôt de bilan de Rib Auto, la société compte 95 salariés dont 31 associés. Elle s'apprête à ouvrir un autre chapitre en 2022 avec une nouvelle usine de 12 000 m2 afin d'accueillir les futures lignes de productions qui sont à l'étroit dans les ateliers actuels. 

La société haut-viennoise est spécialisée dans la fabrication de banquettes et embases pivotantes de sièges de camping-cars et fourgons, des produits sur mesure destinés aux aménageurs d'utilitaires. Un millier de clients dans 25 pays font appel à ses compétences et 80 % du chiffre d'affaires est réalisé à l'export. "On a une position de leader au niveau européen en concurrence avec une entreprise allemande, explique Gilles Ribette, on doit aussi grandir pour survivre". 

Des cycles de formation en interne

Un succès qui a des conséquences sur les besoins en personnels. Les formations spécifiques étant inexistantes, la Scopema a déjà initié un cycle de formation en interne afin de disposer de personnels opérationnels. La dynamique est soutenue par les salariés. Il n'y a pas de profils-types dans cette unité. Ancien gérant de supérette, Christophe Faurie a un mois d'ancienneté. Il est aujourd'hui soudeur : "C'est pas évident à 50 ans de tout reprendre à zéro, c'est compliqué, mais on a réussi" dit-il. 

75 postes à pourvoir jusqu'en 2023

Avec une production de 160 banquettes par semaine, l'activité demeure artisanale, mais elle va progressivement atteindre la phase industrielle.

On va avoir des besoins de manutention, des soudeurs et sur le second semestre des nouvelles mécaniciennes en confection.

Hélène Jayat, responsable des ressources humaines

Les effectifs suivent donc une courbe ascendante avec 40 personnes recrutées en 2021 et elle souhaite augmenter ses effectifs avec le recrutement de 75 postes jusqu'en 2023. Avis aux candidats potentiels et personnes en reconversion : seule compte ici la motivation.