Les hommes barbus appréciés par une femme sur deux

Les données sur la pilosité masculine étant rares, l’Ifop a mené une grande enquête permettant de mesurer la proportion de barbus et de moustachus chez les hommes mais aussi quels sont les goûts des femmes en la matière. Voici les résultats.

Peu d'enquêtes se préoccupent des tendances actuelles en matière de pilosité faciale masculine. Aussi l'enquête de l'Ifop apporte-t-elle quelques surprises dans ses résultats.

Les chiffres clés de l’enquête :


  • A peine 4% des hommes âgés 18 ans et plus portent habituellement une moustache 
  • On recense en revanche 40% de barbus, dont 24% d'hommes portant une barbe de trois jours, 8% une barbe de dix jours et 6% une barbe complète 
  • La confrontation de ces résultats avec les rares données antérieures confirme un retour en force de la barbe : la proportion de barbus en France étant passée de 33% à 40% en moins de 2 ans
  • Les autres formes de pilosité faciale restent quand elles marginales : seuls 3% des Français portent habituellement un bouc et à peine 1% d’entre eux déclarent porter une barbiche 
  • De leur côté, les femmes sont très partagées sur le sujet : si 50% d’entre elles trouvent les hommes rasés de près les plus sexy, elles sont à peu près autant à préférer les barbus (45%)
  • Mais sur ce point, les jeunes filles expriment massivement leur préférence pour les barbus : 81% des moins de 25 ans et 63% des 25-34 ans trouvent que les hommes sont plus sexy avec une barbe.

Le visage glabre reste encore la norme chez une courte majorité de Français


La tendance est incontestablement à une pilosité faciale plus fournie, en particulier chez des jeunes hommes qui sont massivement encouragés à porter la barbe par les femmes de leur âge. Dépassant largement les frontières des "bobos" et autres "hipsters", le port de la barbe a donc gagné, par processus d’imitation sociale, une grande partie de la population masculine.

La barbe, un marqueur de différenciation sociale


Ce retour en force de la barbe est loin de toucher toutes les générations et les classes sociales avec la même ampleur. Le port de la barbe apparaît en effet étroitement corrélé à l’âge des personnes interrogées : la proportion de barbus étant deux fois plus forte parmi les jeunes de moins de 35 ans (52%) que chez les seniors de plus de 60 ans (24%).

C'est au sein des trentenaires âgés de 25 à 34 ans que le port de la barbe est le plus répandu (55%). Toutefois, il s’étend aussi à la génération suivante (50% chez les 35-50 ans), signe que le port de la barbe n’est pas ou plus l’apanage de la jeunesse.Cette enquête a été conduite  auprès d’un échantillon représentatif de la population française (2 000 personnes âgées de 18 ans et plus) et d’un échantillon représentatif de population parisienne (2 007 personnes âgées de 18 ans et plus). Cette étude montre que la tendance à une pilosité faciale de plus en plus fournie chez les hommes correspond aux attentes des femmes, en particulier des plus jeunes.