Carburant : les prix deviennent fous

Le fioul domestique dépasse désormais 1euro par litre. A la pompe, le prix du super atteint des sommets.

video title

video title

Le prix des carburants flambent

Les prix du carburant atteignent des sommets.

Les prix de l'essence à la pompe ont, pour la troisième semaine d'affilée, atteint
de nouveaux sommets historiques. Une question qui risque de relancer le débat sur la maîtrise des étiquettes à la pompe à l'approche de la présidentielle.

Le prix moyen du litre de super sans plomb 95 a grimpé à 1,58 euro la semaine passée et celui du super sans plomb 98 s'est élevé à 1,62 euro. Le gazole a quant à lui progressé à 1,42 euro le litre contre 1,4180 euro la semaine précédente. Il se rapproche de son plus haut de l'année (1,4240 euro le 13 janvier), et de son record historique du printemps 2008 (1,4541 euro).

Les prix du fioul domestique ont également atteint un nouveau sommet, à 1,02 euro le litre, mais les distributeurs s'attendent désormais à une "légère détente", selon les mots de la Fédération française des combustibles et carburants.

Les causes ? Des tensions géopolitiques (Iran, Nigeria...) qui maintiennent les cours du pétrole brut à des niveaux très élevés, et l'affaiblissement de l'euro par rapport au dollar qui amplifie le coût de l'or noir, une fois sa valeur convertie dans la monnaie unique.

Téhéran a annoncé dimanche qu'il arrêtait toute vente de pétrole à la France et à la Grande-Bretagne, les deux pays de l'UE les plus en pointe pour promouvoir les sanctions contre l'Iran. Une mesure symbolique puisque les deux pays avaient déjà cessé leurs achats à l'Iran fin 2011. Mais cela risque tout de même d'accentuer la pression sur les cours en renforçant sur les marchés la crainte d'une escalade des tensions dans le détroit d'Ormuz, par lequel transitent 15 millions de barils de brut par jour.

Cette flambée s'est déjà invitée dans la campagne présidentielle. François Hollande a proposé un "blocage temporaire du prix de l'essence" et une restauration de la TIPP flottante. La majorité refuse de telles mesures, qualifiées de "solution du passé".