• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Jumping de Bordeaux : le prix d'une saillie varie de 1500 € à 600 000 € pour un étalon de course

Les saillies des Selles Français ou des Anglo-arabes peuvent aller jusqu'à 4000 euros, parfois 6000 euros. / © R&B Presse
Les saillies des Selles Français ou des Anglo-arabes peuvent aller jusqu'à 4000 euros, parfois 6000 euros. / © R&B Presse

En parallèle du Jumping de Bordeaux, l'organisation a réuni 90 étalons aux origines prestigieuses pour le Salon de L'Étalon de Sport. C'est bientôt la saison de la reproduction, alors comment naissent ces chevaux recherchés ? Décryptage avec un spécialiste, Henri Brugier.  

Par Juliette Lambot


Tout commence par un peu d'histoire, celle des Haras nationaux et des conquêtes de Napoléon. A l'époque, les chevaux sont au centre des guerre napoléoniennes. Ils doivent être résistants, dociles et rapides. Pour produire des chevaux de guerre, il faut des étalons. Les haras sont chargés d'assurer leur reproduction. Après la deuxième guerre mondiale et l'arrivée des avions et des véhicules motorisés, les chevaux sont laissés de côté. Henri Brugier précise :   

les juments destinées à "fabriquer" des chevaux de guerre et de travail vont produire des chevaux de sport. L’État s'est petit à petit désengagé des haras nationaux et de l’étalonnage.

Depuis 20 ans, des groupes privés ont pris le relais. Les Haras nationaux se sont transformés en centres d’équitation et en instituts d'élevage, appelé IFCE. 

L'une des plus grande base de données du monde 

Maintenant, l'IFCE se destine plutôt à la formation des éleveurs. Il abrite une gigantesque base de données sur les chevaux. Une référence en Europe et dans le monde entier. Cette base de données compile les performances génétiques et la généalogie de toute la population équine française. L'IFCE assure aussi la formation des éleveurs. Avec cette refonte du système de la reproduction, une nouvelle activité privée a vu le jour : l'étalonnage et les étalonniers. 
90 pour cent des chevaux de compétitions naissent par insémination artificielle / © France 3/Juliette Lambot
90 pour cent des chevaux de compétitions naissent par insémination artificielle / © France 3/Juliette Lambot

L’étalonnage fournit de la semence mâle pour les juments 

Aujourd'hui, 90 pour cent des chevaux de sport se reproduisent par insémination articielle. Les saillies s'effectuent soit avec du sperme frais soit du sperme congelé.  La congélation a transformé le champ des possibles.

Elle a rendu tous les étalons disponibles pour l’ensemble des éleveurs. Désormais, les paillettes congelées traversent les mers et les continents et sont disponibles dans le monde entier.

Elles permettent à tous les éleveurs de bénéficier des qualités d’un étalon. Avec ces innovations, l'étalonnage est devenu un business et étalonnier, un métier.  

A la recherche de l'étalon parfait

Que cherche-t-on chez un étalon ? Henri qui est éleveur et aussi étalonnier, définit les atouts de l'étalon parfait.

Ses qualités sportives bien-sûr mais aussi son modèle, c’est-à-dire son allure, son mental et sa fertilité. Tous les individus n’ont pas la même fertilité. Il faut donc trouver des étalons à la fois bon sportifs et bon reproducteurs.

Il y a plusieurs étapes de sélection. La première est celle de l'authentificartion. Les étalons doivent être authentifiés comme étalons de la race sélectionnée; il y a deux organismes principaux en charge de la conformité des étalons des deux races principales françaises : les Selles Français et les Anglo-arabes. Ces organismes valident et autorisent les étalons à se reproduire dans leur race. C’est un organisme de sélection appelé aussi Stud-book. Ils définissent les règles d’approbation des étalons.

Chaque année, il y a environ 6500 naissances chez les Selles Français et 800 chez les Anglo-arabes 

Le prix dépend de la performance de l'étalon

Le prix est déterminé par les étalonniers en fonction des performances des étalons et de leur famille. Il y a même des sites internet qui proposent à des prix variables les saillies de champions. Il existe aussi des courtiers en semence. Ils travaillent souvent pour plusieurs propriétaires. 

Si vous avez un étalon qui a déjà une descendance en haute compétition, le prix de la saillie va être plus élevé. Si un jeune étalon performant n’a pas encore de descendance en compétition alors les prix seront moins hauts.

Il est probable que des étalons très performants soient de  très bon reproducteurs mais ce n'est pas garantie. Trois facteurs entrent en jeu : la performance des parents et des grands-parents, celle des enfants mais aussi, bien-sûr celles de l’étalon.
 

En course, les prix peuvent être prohibitifs

Pour un Selle Français ou un Anglo-arable la saillie coûte de 500 à 4000 euros. Celle d'une star peut aller plus haut, jusqu'à 6000 euros, mais c'est beaucoup plus rare. La moyenne c'est plutôt 1000 euros.
Chez les Pur-sangs de course, les enjeux financiers ne sont pas les mêmes. La saillie d'un champion peut atteindre les  600 000 euros, plus même parfois. En trot ou galop les inséminations ou la congélation ne sera pas accepté, rendant les produits plus rares donc plus chers. A l'inverse un petit nombre de reproducteurs de trot très côtés innondent le marché de leurs rejetons.  Le modèle économique n'est pas celui des concours de sauts d'obstacles.

Pour le pur-sang arabe, les prix grimpent très vite aussi avec les étalons destinés aux concours de beauté ou aux course d’endurance. Ce marché est complètement soutenu par les pays du golfe persique. Le jour où ils décident d’arrêter, il s’effondre. 


Un étalon peut fournir en France environ 400 saillies pour les juments. Il y a 60 pour cent de réussite. Au niveau européen, certains étalons arrivent à saillir plus de 1000 juments.

Le cycle des juments est calé sur le soleil

La saison de reproduction commence d'ordinaire mi-février et se termine début septembre. Le cycle des  juments est calé sur le cycle du soleil et la durée d’ensoleillement. La nature est bien faite car le poulain nait au moment où il fait moins froid et où l'herbe est repartie à la pousse permettant donc un maximum de lait chez la jument. Dans le monde des courses pourtant, on peut jouer sur le calendrier en instaurant une lumière permanante dans les écuries. Il est alors possible d'influer sur la venue des chaleurs de la jument. Pleine précocément dans la saison, elle poulinera plus tôt faisant gagner quelques mois précieux aux produits au moment des ventes de yearlings. 3 mois d'écart c'est un développement plus rapide et de meilleures performances plus rapidement.

Garantie "poulain vivant"

Les contrats de saillie sont encadrés par des règles trés précises. Il faut régler 300 à 400 euros quelque soit les résultats.  Le solde est payé à la naissance ou quand la jument est "pleine" au 1er octobre avec une garantie d’avoir le poulain vivant. 

Qui est le plus important ? la jument ou l’étalon ? Henri conclut :

Les généticiens disent qu'ils jouent à part égale mais d’autre pensent comme moi que la jument est plus importante car c’est elle qui va élever son poulain et le nourrir. 

Sur le même sujet

Incendie à Notre-Dame-de-Paris : Colossus, le robot des pompiers fabriqué à La Rochelle dans la fournaise du brasier

Les + Lus