A Labrit, l'employé forestier a été mis en examen pour incendie involontaire

L'homme responsable d'un incendie ayant ravagé jeudi plus de 200 hectares dans la forêt des Landes a été mis en examen, hier vendredi, pour incendie involontaire et placé sous contrôle judiciaire. 

L'incendie a ravagé plus de 200 hectares dans la forêt landaise
L'incendie a ravagé plus de 200 hectares dans la forêt landaise © France 3 Aquitaine
Déféré devant le parquet de Mont-de-Marsan, il a reconnu être à l'origine du sinistre qui a ravagé en un peu moins de cinq heures plus de 230 hectares, soit plus que l'ensemble des incendies de 2012 dans le département où se produisent chaque année de nombreux départs de feu.

Employé forestier d'une quarantaine d'années, il a dit avoir mis le feu accidentellement à un tas d'herbe sèche pour les incinérer sur le bord du chemin, sans avoir l'intention de brûler la forêt.
C'est lui qui avait prévenu les pompiers. Il était resté sur place à leur arrivée, mais il prétendait alors être un simple témoin.
Les soupçons se sont cependant très vite portés sur lui. Placé en garde à vue, il avait reconnu être responsable du départ de feu.


Vigilance incendie dans les Landes


L'incendie s'était déclaré vers 13h au nord de Mont-de-Marsan, dans le Parc régional naturel des Landes de Gascogne. Il a ravagé 232 hectares et nécessité l'intervention de 145 pompiers. Déclaré comme " maîtrisé " jeudi en soirée, l'incendie a été " complètement éteint " hier, vendredi à 18h, ont indiqué les pompiers des Landes. Durant la journée de vendredi, des avions trackers ont déversé un produit retardant pour empêcher toute reprise du feu.

La préfecture des Landes rappelle qu'il est interdit en cette fin d'hiver d'allumer un feu à moins de 200 mètres des bois, forêts ou landes.
Elle proscrit toute incinération privée dans un communiqué de " vigilance incendie " émis vendredi, la végétation des sous-bois étant très sèche en raison du gel et du soleil de ces derniers jours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie feux de forêt justice