Landes : environ 20 000 chasseurs contre l’interdiction des chasses "traditionnelles" à Mont-de-Marsan

Les chasseurs sont en ce moment massivement réunis à Mont-de-Marsan ce samedi 18 septembre. Ils sont arrivés par bus de partout en France au lever du jour. Une mobilisation monstre et historique dans les Landes.

La manifestation de Mont-de-Marsan sera sans doute une des plus importantes en France avec une participation monstre de plus de 20 000 chasseurs selon les organisateurs, et 15 000 personnes selon un comptage de la police ce samedi matin. 

Une mobilisation "inespérée"

Parmi les manifestants, une majorité de chasseurs mais aussi de nombreux élus, des pêcheurs, des agriculteurs et beaucoup de familles.

C'est une mobilisation inespérée. On espérait 10 000 personnes, et nous sommes au moins le double malgré la pluie.

Régis Hargues, président de la fédération de chasse des Landes

"Nous sommes venus défendre des techniques traditionnelles de chasse héritées de nos grands-parents et arrières-grands-parents", s'agace un manifestant landais interrogé par une équipe de France 3. "C'est comme les courses landaises et les corridas, ce sont nos traditions ici et on ne veut pas que Paris décide pour nous". Un autre chasseur venu du Vercors est en colère. Il dénonce "un discours anti-chasse que véhicule les médias et les écologistes."

Selon Régis Hargues, le patron de la fédération de chasse des Landes, l'enjeu est important car "il s'agit de conserver notre identité et notre culture. On attaque systématiquement les chasses traditionnelles et c'est impossible d'accepter cela."

Réunis devant les Arènes du Plumaçon, les manifestants se sont lancés dans une marche de 4 km dans les rues de Mont-de-Marsan à 10 heures ce samedi 18 septembre. Leurs slogans veulent défendre la ruralité et des techniques de chasse traditionnelle comme la chasse à la matole très pratiquée dans les Landes et désormais interdite.

Selon les associations LPO et One Voice, il s'agit de "pratiques de braconnage particulièrement destructices pour les populations d'oiseaux locales à l'instar des ortolans".

La manifestation de Mont-de-Marsan sera sans doute une des plus importantes en France avec une participation de plus de 10 000 personnes, ce qui sera un record historique dans cette ville. D’autres manifestations auront lieu le même jour à Amiens (Somme), Caen (Calvados), Orléans (Loiret), Charleville-Mézières (Ardennes), Redon (Ille-et-Vilaine) et Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence).

"On sent une vraie mobilisation dans une ambiance électrique. Il y a des inscriptions partout pour monter dans les bus qui convergeront vers Mont-de-Marsan, dont certains depuis l’Allier ou les Ardennes", ont indiqué les fédérations de chasse.

C’est un arrêt du Conseil d’État relatif à l’utilisation d’engins pour la chasse aux oiseaux qui est à l’origine de cette manifestation, très ouverte à l’ensemble d’un monde rural qui se sent menacé. Tous les syndicats agricoles appellent à nous rejoindre. Les univers de la pêche, de la course landaise et de la société rurale se retrouvent autour d’un rassemblement pacifique et de tolérance pour remettre du lien entre deux mondes qui ne se fréquentent plus.

 

Les manifestants sont arrivés devant la préfecture vers 11 heures. Une délégation de chasseurs a été reçue par Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée aux Armées en charge de la Mémoire et des Anciens combattants, ancienne maire de Mont-de-Marsan, et la préfète des Landes, Cécile Bigot-Dekeyzer.

Dans la délégation reçue par la ministre, Régis Hargues de la fédération de chasse landaise, a trouvé l'échange "cordial mais sans surprise". "La bonne nouvelle c'est que le gouvernement a annoncé le 15 septembre vouloir autoriser à nouveau certaines pratiques comme la pente et la matole par des arrêtés. Mais il faut attendre la fin de la consultation le 6 octobre avant d'être fixés. Et les associations anti-chasse vont sûrement contrattaquer. On attend et on reste déterminés".

Les chasseurs est un électorat très courtisé. Le gouvernement veut autorisé à nouveau certaines technique de chasse jugées illégales par le Conseil d'état.

Durant l’événement, les services de l’État (services de la préfecture et forces de sécurité intérieure) ont comptabilisé 16 300 manifestants, 4 chevaux et 5 tracteurs dans le cortège. 169 bus et 1 640 véhicules légers avaient été utilisés par les manifestants pour rejoindre Mont de Marsan. Un dispositif d’accompagnement et de sécurisation a été mis en place par la Police et la Gendarmerie. La manifestation a engendré uniquement des perturbations de la circulation dans le centreville de Mont-de-Marsan. Aucune dégradation n’a été constatée ni trouble à l’ordre public, selon un communiqué de la préfecture des Landes..

Plusieurs techniques de chasse interdites

Après la glue, plusieurs techniques de chasse traditionnelles d’oiseaux ont été jugées, vendredi 6 août, illégales par le Conseil d’État qui a été saisi par deux associations de protection des animaux.

Saisi par les associations la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et One Voice, "le Conseil d’État a annulé plusieurs autorisations de chasser les vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs à l’aide de filets (pantes, tenderies) ou de cages (matoles )".

Ces autorisations "ne sont pas conformes aux exigences du droit européen relatif à la protection des oiseaux", a annoncé la plus haute juridiction administrative du pays dans un communiqué le 6 août 2021.

►Voir le reportage de France 3 Aquitaine sur cette mobilisation contre l'interdiction de certaines pratiques de chasse à Mont-de-Marsan : 

Manifestation des chasseurs à Mont-de-Marsan

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse sorties et loisirs politique manifestation économie social nature