"Certains parents vont devoir faire deux heures de route" : le service néonatalogie de Mont-de-Marsan ferme pendant les vacances

Les grossesses à risque ne seront plus prises en charge à l’hôpital de Mont-de-Marsan, jusqu’au 29 avril. Une réorganisation des services contrainte par un manque de médecin.

Les futures mamans vont devoir multiplier les kilomètres. Depuis ce vendredi 12 avril, le service néo-natalité de l’hôpital de Mont-de-Marsan a fermé ses portes, faute de personnel soignant. “Les pénuries médicales se font réellement sentir. Quand les professionnels ont besoin de repos et que les effectifs sont contraints, on n’arrive plus à écrire le planning”, regrette Marc Bruneau, cadre de santé et délégué CGT à l’hôpital de Mont-de-Marsan.

“Ce n’est pas une fermeture”


La maternité de Mont-de-Marsan refuse d’entendre ce mot. “Il n’y a pas de fermeture, c’est une réorganisation des services”, martèle Eric Jalran, directeur de l’ARS dans les Landes. 

Seules les grossesses à risque sont concernées par cette réorganisation, pendant quinze jours. “Les femmes à plus de 37 semaines de grossesse devront se rendre dans les hôpitaux de Bordeaux, Libourne, Dax, Bayonne, Pau ou Agen”, précise Eric Jalran. La situation inquiète le personnel, qui liste les difficultés qui vont s'accumuler pour les patientes. 

À deux heures de route, il faut compter un hébergement, les transports, en plus des complications liées au travail.

Marc Bruneau

Cadre de santé, délégué CGT à l'hôpital de Mont-de-Marsan

Sur les réseaux, l’annonce inquiète certains habitants. “Dax, Pau ou Bayonne, ce n’est pas la porte à côté. Franchement, on peut crever”, lâche une Montoise. “Je croise les doigts pour les futurs parents, pour que la grossesse soit tranquille jusqu’au retour de vacances”, espère une autre.

De nouvelles contraintes pour les futurs parents que regrette l’hôpital, réduit au niveau 1 pendant cette période. “On a des territoires très grands et les jeunes parents se retrouvent dans des situations où ils vont devoir faire deux heures de route”, concède Marc Bruneau. 

durée de la vidéo : 00h01mn45s
La fermeture d'un service de néo-natalité dans les Landes : un coup dur pour les familles locales ©France 3 Aquitaine
Manque de personnel

Si le service néo-natalité est temporairement fermé, les grossesses sans complication pédiatriques sont toujours prises en charge. Le service pédiatrique fonctionne lui aussi pendant ces vacances de printemps. “On a complété les équipes à l’aide des personnels de Pau et Bayonne”, précise le directeur de l’ARS dans les Landes. 

Le service néo-natalité compte aujourd’hui six médecins pédiatres. Il en faudrait deux de plus pour compléter l’effectif. “On a un effectif de pédiatres limité et il y a eu des arrêts maladies”, explique Eric Jalran. 

Les signaux envoyés inquiètent pour cet été, période généralement tendue dans les hôpitaux en matière de personnel. Pour autant, l’établissement montois se veut rassurant. “On a pris les devants. Dès le 2 mai, un docteur junior sera affecté au service”, avance Eric Jalran. En réalité, six dernières années de médecine arriveront dans le service, par rotation de quinze jours. En parallèle, depuis le 29 mars, un médecin étranger est également venu grossir les rangs des médecins de l’hôpital de Mont-de-Marsan.